« La population ne sait pas ce qu’il est en train de se passer, et elle ne sait même pas qu’elle ne le sait pas. » ~ Noam Chomsky

1.) Il est presque impossible de rembourser la dette nationale :

« Rien n’est si bien calculé afin de produire une torpeur mortelle dans le pays, que le système étendu de taxation et la grande dette nationale. » ~ William Cobbett

Une des plus grosses dettes, la dette nationale américaine, est de 20 mille milliards de dollars. Cela veut dire que (plus ou moins) 234 millions d’Américains devraient payer environ 62 000 $ par an pour la rembourser.

Tout cela en comptant, bien sûr, les bébés, les enfants, les pauvres et les sans-abris. Il y a même ceux qui prétendent qu’il est mathématiquement impossible de rembourser la dette. Et presque chaque pays est en dette envers les autres pays. C’est de la folie.

Comme l’a dit Marriner Eccles, le Gouverneur de la Réserve Fédérale : « S’il n’y avait pas de dette dans notre système monétaire, il n’y aurait pas d’argent. »

2.) Il n’y a rien derrière l’argent pour le soutenir (c’est une illusion)

« Les billets de la Réserve Fédérale ne sont pas échangeables contre de l’or, de l’argent ou aucun autre bien d’échange, et ne sont soutenus par rien du tout. Les billets n’ont aucune valeur intrinsèque. » ~ La Trésorerie

Un billet de 10 euro est un billet de 10 euro tout simplement parce que tout le monde est d’accord qu’il vaut 10 euro.

Avant que ce genre de pratique ne devienne monnaie courante (pardonnez le jeu de mots), l’argent était soutenu par une « unité d’or » – ce qui signifie que le gouvernement avait 100 $ en or dans un coffre, à partir duquel il imprimait un billet de 100 $, qui était ensuite mis en circulation (bien que l’or n’ait de la valeur que parce que l’on s’est mis d’accord depuis les temps anciens qu’il en était ainsi).

En revanche, les gouvernements se sont éloignés de l’or il y a des années. A présent, il faut croire le gouvernement sur parole lorsqu’il nous explique qu’un billet vaut 50 € ou 100 €. Le billet en lui-même n’est qu’un bout de papier fait de vent, et blanchi par le gouvernement.

Même le sujet dont nous parlions juste avant, la dette, n’est basé sur rien d’autre qu’un concept sur lequel les financiers se sont mis d’accord.

La dette n’existe pas. Mais puisque tout le monde considère qu’elle existe, alors elle nous affecte à travers l’inflation, la dévaluation et d’autres mouvements économiques.

3.) Comment vivre hors du système

« Vis simplement afin que les autres puissent simplement vivre. » ~ Mahatma Gandhi

Vous n’êtes pas ‘sensé’ savoir vivre hors du système, parce qu’alors vous ne pourriez plus être contrôlé par le gouvernement. Au plus vous êtes autonome, au moins les entreprises peuvent se faire d’argent sur votre dos.

Au plus vous érigez d’éoliennes et bâtissez de panneaux solaires, au moins vous paierez les fournisseurs d’électricité. Au plus vous compostez vos déchets, au moins vous aurez besoin d’acheter d’engrais. Au plus vous jardinez, au moins vous aurez à acheter votre nourriture à quelqu’un.

Pour faire simple : au plus vous devenez indépendant, au moins vous dépendrez de l’Etat. Et l’Etat n’aime pas ça, parce qu’il aime votre argent plus qu’il n’aime votre liberté.

4.) L’obsolescence programmée

« Les armements, la dette universelle et l’obsolescence programmée – voici les trois piliers de la prospérité occidentale. » ~ Aldous Huxley

Nous parlions de se faire de l’argent sur votre dos. Eh bien, l’obsolescence programmée est un bon moyen pour les entreprises de continuer à se faire de l’argent sur votre dos en tablant sur vos tendances consuméristes.

Regardons la vérité en face : nous sommes un pays de consommateurs, avec un Big Mac à la place du cerveau et un iPhone à la place du coeur. Il nous faut notre shoot quotidien, rapidement, et nous sommes prêts à remplir toutes les déchetteries du monde, et plus encore, afin de se le procurer.

L’obsolescence programmée est incorporée aux produits afin d’encourager le consommateur à acheter chaque nouvelle amélioration.

Tout, des grilles-pain aux voitures, des micro-ondes aux téléphones portables, est sujet à l’obsolescence programmée, à cause d’entreprises cupides, qui savent que vous reviendrez, peu importe combien de fois vos appareils tombent en panne.

5.) L’impôt forcée est du vol

« Puisque peu d’hommes sont suffisamment sages pour se gouverner eux-mêmes, on en trouve encore moins qui sont suffisamment sages pour diriger les autres. » ~ Edward Abbey

Quand on force les gens à payer des impôts, on ne peut plus dire qu’on vit dans un pays libre. Quand les impôts ne sont pas une option, le pays qui force ses citoyens à les payer n’est pas libre. Point à la ligne.

Si, dans un tel pays, quelqu’un ne paie pas ses impôts, ils sont menacés de violence ou de prison s’ils ne payent pas. C’est de l’extorsion pure et dure. Et puisque c’est opéré par un gouvernement autoritaire, c’est de la tyrannie.

Si quelqu’un a envie de payer des impôts, alors ils devraient être libres de payer. C’est juste, parce que c’est volontaire. Mais si l’État utilise son monopole sur la violence pour vous soutirer l’argent, ce n’est pas juste, et c’est de l’extorsion. C’est aussi simple que cela.

Si la liberté est une priorité, alors le volontariat est d’une importance capitale. L’utilisation des services de l’État financés par des impôts est un tout autre sujet, avec de tout autres solutions, qui n’a pas sa place dans cette problématique.

6.) Nous vivons dans une ploutocratie oligarchique déguisé sous la forme d’une république démocratique

« La démocratie, tout comme la richesse, peut être placée dans les mains d’un petit nombre, mais pas les deux à la fois. » ~ Louis Brandeis, Court Suprême de Justice

Dans notre monde, l’argent est du pouvoir. L’argent concentré dans les mains d’un petit nombre, signifie que la pouvoir est concentré dans les mains d’un petit nombre. Et puisque le pouvoir a tendance à corrompre si on n’y prend pas garde, les gens doivent être libres d’y prêter attention, sinon la tyrannie finit par prendre le dessus.

Mais à cause d’une force policière militarisée qui a de plus en plus le bras long, les gens ne sont pas libres d’y prêter attention. Et nous voici en train de nous enfoncer dans la tyrannie.

Si nous vivions dans une réelle démocratie, nous aurions plus de chances d’être libres. Pas de maîtres, pas de dirigeants, et par conséquent, pas de risques que le pouvoir ne se concentre entre les mains d’un petit nombre. Plus facile à dire qu’à faire, mais aucune tâche utile n’a jamais été facile.

Telles que sont les choses actuellement, il est impossible de vivre librement au sein d’une ploutocratie oligarchique. Les ploutocrates vont tout simplement continuer d’acheter le pouvoir, en créant des lois oppressives, et en favorisant l’extorsion ‘légale’, qui laisse les gens miséreux et sans pouvoir dans la pauvreté et l’impuissance permanente.

Ajoutez à ceci l’utilisation de lobbyistes et une monnaie fiduciaire basée sur la dette, et vous avez une nation d’esclaves endettés, dans l’illusion de vivre dans une république démocratique libre.

Par Valentin Sterckman, ChercheursDeVérités.com

Source : image

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.