8€/MOIS POUR DU T-SHIRT. IL PHOTOGRAPHIE LE TRAVAIL DES ENFANTS…



On estime que 168 millions d’enfants travaillent actuellement dans le monde (source). Même si c’est moitié moins qu’en 2000, c’est encore beaucoup trop. Certains d’entre eux réalisent des travaux particulièrement dangereux sans la moindre protection légale. Un photographe du Bangladesh va se pencher sur cette réalité qui frappe son pays.

« Pour abolir le travail des enfants, vous devez le rendre visible.« , c’est l’adage de GMB Akash, un photographe bangladais concerné par les injustices subies par les enfants de son pays.

Abolir ne suffit pourtant pas toujours. Au Bangladesh, le travail des enfants est interdit depuis 1992. Mais sur le terrain, la réalité est tout autre. Akash va voir lors d’un reportage un enfant de 12 ans se faire battre car il était trop lent à la confection d’un t-shirt… Il s’est alors donné pour mission d’investiguer en profondeur sur cette problématique. Il va ainsi découvrir, sur base des données de l’UNICEF que 7.4 millions d’enfants travaillent au Bangladesh. Beaucoup d’entre eux risquent leur vie chaque jour. Ils gagnent entre 6 et 10$ par mois.
Voici une petite sélection de ses clichés qui laissent sans voix.

10341120-millions-pushed-into-child-labor-in-pakistan

angel-in-hell-11
angel-in-hell-12
3

6a00e55188bf7a88340115701984de970b

6a00e55188bf7a883401156f22a6f3970c

port-211



artlimited_img66441

angel-in-hell-17-810x540

GMB-Akash-Angels-in-hell-141-810x540

GMB-Akash-Angels-in-hell-9-810x540

GMB-Akash-Angels-in-hell-3-810x540

enfants

angel-in-hell-1-810x538

angel-in-hell-20-810x539

child-labour-12-810x518

child-labour-4-810x539

child-labour-51-810x542

L’auteur décrit également la difficulté de mettre fin à cet esclavagisme, manifeste de « la faiblesse » de la mondialisation à redistribuer correctement les richesses sans droits sociaux strictes. Faute de salaire normalisé, les parents pauvres se voient obligés d’envoyer leur enfant travailler pour survivre, les employeurs prétendent alors les aider. Une situation également rencontrée en occident avant l’école obligatoire et l’apparition des premiers droits sociaux.


Sans redistribution équitable des richesses, sans accès à l’éducation et à un certain développement de base, ce type de situation ne peut pas être abolie, selon le photographe.


Source : panos.co.uk

Via

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.