Peu importe son métier et le sujet de discussion, un lecteur, un auditeur ou un débatteur peut qualifier une déclaration officielle de stupidité. Par les temps actuels et même si elle semble l’être, celle d’un président américain est toujours pertinente alors que celle d’un dirigeant du Maghreb Nord-Africain demeurera une stupidité aussi longtemps qu’elle le restera.

Dans le cas des USA et de l’Angleterre, des penseurs, des théoriciens et en particulier ceux des sciences dures appliquées aux domaines économiques et politiques ; sous les ordres des décideurs des niveau et domaines de puissance qu’ils veulent imposer au Reste-du-Monde la transforment en une variable de perturbation du chemin de et vers l’équilibre. Avec une perspective de prévision sur un siècle, ils ordonnent et pilotent les changements dans les directions des États, institutions, organisations et des règles des jeux.

Les perturbations par des chocs et de l’information peuvent aller d’un chantage à la vie privée à un conflit hybride. Sans patriotisme, esprit de sacrifice et intelligence d’anticipation pour modifier leurs équations, avec stupidité, les dirigeants du Maghreb Nord-Africain les subissent et font souffrir leurs peuples.

Quelques hypothèses et éléments d’analyse

Le monde du 21èmesouffre d’un vide philosophique. Il est sans réponse au dilemme paix vs puissance. Aussi, sans réponse à la fongibilité des libertés, identités et religions dans toute l’humanité ; ces trois attributs-moyens sont devenus les instruments de rupture entre les diverses régions, qu’elles soient mondiales, sous-régionales ou nationales.

En Relations internationales, la répartition de la puissance a atteint son optimum. Au service du mercantilisme ou capitalisme monétaire plus simplement dit, elle est prise en tenaille entre le réalisme qui impose un hégémon et le libéralisme qui agit pour un partage coopératif. Nonobstant les doctrines adoptées par les uns et les autres les gains sont réservés aux mieux armés.

En économique, la théorie des avantages comparatifs, et précision cardinale, en taux de changes fixes de David Ricardo demeure l’unique à répondre à une compétition saine sous condition qu’elle s’affranchisse de l’excès de monnaie spéculative et du rationalisme, qu’elle intégre la nouvelle nature des humains, de la géographie des pays et des ressources naturelles.

Quelques variables factuelles

Les pays du G7 se sont réunis à Charlevoix (Québec, Canada). En déclenchant un ouragan dans le North American Free Trade Agreement (NAFTA, ALENA), les USA ont torpillé les débats de ce Sommet. En accueillant avec un écart diplomatique un ancien responsable des services secrets nord-coréens à la Maison Blanche, les USA ont montré que le jeu avec la Chine, la Russie et le Japon via la Corée du Nord est plus important que les problèmes à l’ordre du jour du G7. Une des multiples inférences de ce comportement : pour les USA, le rapport de puissance militaire avec l’Orient prime sur l’économique avec ses partenaires américains et européens.

L’Union européenne (U.E) est atteinte de stationnarité économique ; sa monnaie et la circulation des autres facteurs de production confirment qu’elle est une zone monétaire non optimale. En plus de celle du Libor, la manipulation de l’Euribor attisent les tensions sur les marchés monétaires et financiers. Sous la direction de communistes, les serviles des puissances de l’argent, la Grèce a été ravagée ; la remontée économique du Portugal, la raison des dirigeants de la Catalogne qui a aplani les crises identitaire et politique en Espagne, les élections en Allemagne et Italie et la tournure qu’elles ont prise ont remis le suprémacisme au-devant des enjeux et ont aggravé la défiance des Européens envers leurs dirigeants nationaux et européens.

Sans défense militaire propre et le très élevé risque de dégringolade de la France, ce « pays à frire », toutes ces variables qui sont en réaction et le Royaume-Uni qui, avec intelligence, efficacité et flegme, a quitté le bateau naufragé qu’est l’Europe et les institutions de l’U.E qui inévitablement exploseront.

La Russie, dont l’absence au G7 a été déplorée par les USA est occupée par sa coupe du monde de football. En attendant le Sommet de Helsinki, elle est restée calme durant ce mois de juin 2018. Elle fait de ses oligarques et mafias transfrontalières des forces de frappe. Avec son nouvel armement, son PIB repassé au-dessus du trillion de dollars, en polluant l’air politique aux USA par la supposée manipulation de ses élections présidentielles, elle joue zen face à l’U.E et aux USA lesquels de facto sont amenés à coopérer avec elle au détriment du Reste-du-Monde.


La Chine souffrant gravement de la rareté de ressources naturelles nationales s’est dotée d’une puissance de feu. Sa démographie lui garantit un marché avec une solide demande solvable. En maintenant Pékin comme centre de décision politique, elle a fait de Hong Kong le centre de pilotage de son expansion capitaliste qu’elle a renforcée avec ses propres instruments de mesure comme les agences de notation.

En lançant One Belt, One Road Initiative (Projet OBORI) et avec ses réserves de change qu’elle a placées dans les dettes souveraines en particulier l’américaine, la Chine tient en respect la planète entière. Alors que le Canada dans la province du Québec demande des moyens à coût réduit pour installer deux fermes de Mining du Bitcoin, la Chine en a créé un immense fossé dans le domaine dans cette monnaie qui pourrait être une cause supplémentaire dans le déclenchement d’un conflit armé mondial.

Dans cette canicule politique mondiale, les USA en fait du financement de l’OTAN, un trojan ou cheval de Troie. En arrière-plan, en soutenant franchement la sortie de son allié, le Royaume-Uni, de l’U.E, ils montrent à l’U.E sa vulnérabilité et par conséquent dire à la Chine et à la Russie : voici le terrain de la bataille où nous ferons revivre à la France un nouveau Waterloo ; pour l’Afrique c’est facile !

L’Algérie, le Maroc, la Tunisie ou la stupidité politique des États

L’Allemagne et la Russie se sont livré deux guerres mondiales. Leurs relations se sont apaisées et la première s’approvisionne en gaz via le pipeline Nord Stream auprès de la seconde. L’Allemagne et la France sont unies par les mêmes guerres. Elles se sont réconciliées et constituent les deux fragiles piliers de l’Union européenne. Tel que surnommée par la France la perfide Albion, l’Angleterre, qui l’a sauvée du nazisme et des panzers de l’Allemagne et qui lui a ordonné de détruire sa marine et en particulier celle amarrée à Adhrar N’Tarik en tamazight, Djabal Tarik en arabe et Gibraltar est en froid avec elle et tente de lui ravir sans espoir de succès le rôle de place financière mondiale.

Cet ordre donné par l’Angleterre à la France sa marine fait partie des déclencheurs du débarquement des Alliés à Oran (Mers-El-Kebir, Algérie) en 1942 et constitue l’un des détonateurs du processus de libération de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.

Sous la conduite de révolutionnaires, la solidarité des peuples du Maghreb Nord-Africain, aidés par les USA, l’URSS et d’autres pays a gagné la guerre de la liberté. Après tout ce qui s’est passé en Europe ; en 2018, les ennemis des alliés travaillent et négocient pour trouver des solutions à des problèmes complexes alors que les États du Maghreb Nord-Africain dans leur stupidité se dressent les uns contre les autres.

Sans être tard pour l’organiser, faute d’un procès de type Nuremberg (1945-1946), même si elle est sérieusement menacée par les USA, la Chine et la Russie, la France continue à régner en quasi maitre absolu sur cette région.

Faute de sages, penseurs et théoriciens locaux patriotes, broyés par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, dans leurs stupidités et sous le diktat d’économistes, majoritairement des Français, refont les mêmes bêtises contenues dans les précédents plans qui, au grand bonheur de la France, ont aggravé encore plus leurs sous-développements et les ont remis sur le chemin des PMA (Pays moins avancés).

En dollarisant les économies du Mozambique et de l’Équateur, seuls les USA sont capables de vassaliser avec des gains réels des pays entiers ; par la création et l’imposition du franc CFA, la France, sans en être plus capable, l’a devancé en le faisant depuis 1945. En orchestrant sur l’année écoulée une campagne contre cette monnaie qu’elle a fait mener par des mercenaires africains, la France a étouffé le débat sur ce massacre monétaire que nous appellerons désormais fiducide.

Dans les pays du MNA, dans une ignorance crasse, certains parlent de « droits de l’hommisme ». Dans une manœuvre en faveur de la France, prétendue chantre de ces droits ; en menaçant de quitter le Conseil des droits de l’homme, les USA montrent qu’ils sont un instrument réel de pression et de chantage. Dans une séquence fasciste et mortifère dictée par le FMI et la BM avec ses organes, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, dans la stupidité du déshonneur, écrasent les braves de ces nations.

En exécutant dans un calendrier différent les ordres du FMI et de la BM dans le domaine de la santé (Tunisie ensuite Algérie), Foreign Direct Investments et énergie (Algérie ensuite Maroc), convertibilité et introduction des produits financiers toxiques (Maroc ensuite Algérie et après la Tunisie), seules la bravoure et la paix sauveront ces peuples.

 La paix, le terrorisme, l’ordre public, les forces de sécurité et les armées au MNA


 Depuis son occupation en 1830, ce n’est que vers 1941 que l’esprit révolutionnaire algérien a commencé à essaimer. Absent encore chez les Sahraouis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), l’enjeu autour de cette dernière est devenu une stupidité dans les relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc. La paix dans cette région est devenue du pain béni pour la France qui n’y peut absolument rien parce que les USA ont décidé ainsi dans la perspective d’en faire une base de contrôle de l’Atlantique en Afrique du Nord. Cet objectif serait une réponse au projet de la Chine en Algérie de construite un grand port dans la région de Tipaza pour renforcer l’OBORI.

 La désastreuse gestion des migrations par l’Algérie et l’incapacité de la Tunisie à y faire face aux problèmes qu’elles génèrent associées aux terrorisme et crime transnational sont un cancer qui n’épargnera pas le Maroc ni aucun autre pays de la région et de l’Europe du Sud.

La violence avec des procès expéditifs qu’exige l’application des politiques du FMI et de la BM au MNA rend l’ordre public dans ces régions précaire ; les infiltrations et manipulations orchestrées par la France dans les Sud de l’Algérie et de la Tunisie donnent le tournis aux forces de sécurité. La formation et les parcours des armées de cette région rendent la coopération quasi impossible. Sans la paix et la bravoure des peuples alimentées par un glorieux passé, l’exponentiation des effets de ces facteurs rendent l’embrasement de l’Algérie et sa partition inévitables.

Identité et amazighité du MNA

Supra, l’expression Adhrar N’Tarik ou Gibraltar a été utilisée. Comme les détroits d’Ormuz, Bering ou le canal de Suez, sans oublier la destruction de la marine française par les Anglais et le débarquement de 1942, ce détroit entre l’Espagne et le Maroc qui tient son nom de Tarik Ibnou (fils de) Ziad est un enjeu cardinal dans la définition de cet équilibre recherché pour ce 21èmesiècle.

Cette toponymie est une preuve de l’amazighité du MNA où cette dimension a pris son essor plus en Algérie et Maroc alors qu’elle revit de mieux en mieux en Tunisie et Libye. La bravoure et l’histoire des nations leur permettent de vivre confortablement dans toute leur anthropologie. Dans leurs stupidités, les États du MNA en ont fait une menace sur la région. Ils continuent à la réprimer, à envoyer en prison des braves ou à les condamner au silence. Dans leurs stupidités, ces États participent à un conflit fratricide.

Cas de l’Algérie et les trois erreurs de Hocine Ait Ahmed

Nous avons séjourné en Kabylie (Algérie) durant quelques jours de mai 2018. Les effets de l’humiliation de la visite du président de la France, un certainement de profil ENTJ avec d’excellents scores, sont visibles dans les domaines de la propriété agricole et des investissements bancaires et industriels. Les signes de la transformation de l’Algérie en un Zimbabwe économique et Irak ou Libye militaire sont visibles.

Première erreur de Hocine Ait Ahmed. Sa sépulture dans son village natal dans la région de Ain El Hammam (Tizi Ouzou) est immense par sa modestie. En 1992, avec un partage de responsabilité avec Mohamed Boudiaf, une plateforme commune composée de sa revendication d’un nouvel hymne national, d’une assemblée constituante et d’une diplomatie comme celle durant la guerre de libération aurait sauvé la patrie du drame dans lequel elle se retrouve.

Deuxième erreur. Après son installation illégale et illégitime, par paraphrase, Mohamed Boudiaf a dit que le Front de libération nationale a terminé sa mission. Cette affirmation vaut pour le parti laissé par Hocine Ait Ahmed. À notre connaissance, son vœu d’une dissolution ou auto-dissolution de son parti n’a pas été exprimé. Comme résultat, l’Algérie se retrouve avec une assemblée qui représente à peine 7% des électeurs et son parti y est représenté avec un taux infinitésimal. Les « siégeants » participent au massacre de la patrie sous une constitution bâtarde.

Troisième erreur. Comme Lounes Matoub, il est devenu une source d’immenses gains financiers et cette cupidité accélère la ruine de l’Algérie. Hocine Ait Ahmed a consommé beaucoup de temps dans la formation à la citoyenneté et aux droits humains. Récemment un groupe se faisant appeler El Mouwatana (Citoyenneté) au lieu d’appeler à la fraternité, solidarité, à la dotation de l’Algérie d’un hymne national bilingue, protection des soldats algériens des turpitudes de leur commandement et à la dénonciation des lois criminelles votées par les deux chambres est allé sur la stupide piste de l’opposition à un énième mandat. L’erreur de Hocine a été de ne pas avoir formé ceux qui se réclament de lui en 2018 au marchandage de la patrie avec dignité et bravoure, ses deux qualités durant toute sa vie faite d’idéalisme, d’esprit révolutionnaire, d’utopie et d’amour.

Cherif Aissat
La source originale de cet article est Mondialisation.ca
Copyright © Cherif Aissat, Mondialisation.ca, 2018

Source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.