Les géo-ingénieurs font enfin leur « coming out », à présent que des rapports voient le jour en rapport avec les épandages de tonnes de produits chimiques sulfatés dans l’atmosphère, sous le prétexte de combattre le soi-disant « réchauffement climatique ».

Le Guardian et d’autres journaux nous informent que des recherches d’un coût exorbitant sont financées par le fondateur de Microsoft, et partisan de la vaccination, Bill Gates.

En 2013, un large ballon dirigeable a survolé la Terre à 24 000 m d’altitude au-dessus de Fort Summer, au Nouveau Mexique, et épandu des sulfates dans l’atmosphère tout au long de l’année.

Le prétexte derrière ce lâcher massif de particules toxiques de sulfate, est de renvoyer les rayons solaires dans l’atmosphère, pour ainsi refroidir la planète. Mais de nombreux groupes environnementaux et partisans du bon sens dénoncent la dangerosité de cette idée, qui pourrait résulter en des dommages permanents sur l’écosystème de la Terre entière.

« LES IMPACTS INCLUENT DES DÉGÂTS POTENTIELS SUR LA COUCHE OZONE, L’INTERRUPTION DES PLUIES, PARTICULIÈREMENT DANS LES RÉGIONS TROPICALES ET SUBTROPICALES, CE QUI POURRAIT POTENTIELLEMENT MENACER L’APPROVISIONNEMENT EN NOURRITURE DE MILLIARDS DE PERSONNES, » A DÉCLARÉ PAT MOONEY, PDG DU GROUPE ETC, GROUPE CANADIEN POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT.

CELA NE VA EN RIEN DIMINUER LES NIVEAUX D’ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE DANS L’ATMOSPHÈRE, NI ARRÊTER L’ACIDIFICATION DES OCÉANS. ET LA GÉO-INGÉNIERIE SOLAIRE VA PROBABLEMENT AUGMENTER LES RISQUES DE CONFLITS INTERNATIONAUX LIÉS AU CLIMAT, VU QUE L’ÉVOLUTION ACTUELLE MONTRE QUE CELA PRÉSENTE DE PLUS GRANDS RISQUES POUR L’HÉMISPHÈRE SUD. »

Mais les cohortes de Bill Gates persistent dans leurs efforts d’épandage de chemtrails, vu que les scientifiques insistent sur le fait que les gouvernements n’en font pas assez pour combattre les impacts environnementaux du réchauffement climatique.

En d’autres termes, si les gouvernements refusent d’implémenter des taxes carbone assez élevées pour éliminer les gaz à effet de serre, alors Gates et ses acolytes estiment que nous n’avons pas d’autre choix pour « sauver la planète », que de la polluer avec des particules sulfatées.

Epandre des particules sulfatées dans les cieux va détruire la planète plus vite que le « réchauffement climatique » ne le pourra jamais.

Néanmoins, les particules de sulfate sont toxiques, et constituent la même matière particulaire que l’Agence de Protection Environnementale américaine (EPA) considère comme des polluants aériens nocifs.

Epandre délibérément des micro-particules dans le ciel, peu importe ce qu’elles contiennent, est dangereux pour la santé respiratoire des humains et des animaux, ainsi que pour les sources d’eau, les sols, et d’autres ressources environnementales fragiles.

« Les particules de sulfate des pluies acides peuvent faire du tort à la santé de la vie sous-marine des rivières et lacs qu’elles contaminent, et peuvent donner lieu à la mortalité, » selon un guide sur la pollution de l’eau.

Un rapport de l’Université de Washington explique aussi que les particules de sulfate « contribuent à des pluies acides, provoquent une irritation des poumons, et sont les principaux responsables de la création de brume, qui empêche de voir clairement le Grand Canyon. »

Bloquer les rayons solaires avec des particules réfléchissantes va également priver les humains d’exposition naturelle au soleil, qui est une des sources principales de vitamine D dans le corps.

Alors, encore une fois, Bill Gates est aux commandes d’un projet visant à contrôler le climat de façon artificielle, en utilisant des produits chimiques toxiques, une entreprise qui va assurément créer toutes sortes de problèmes irréversibles pour l’humanité et Gaïa, notre Terre.

Références : Natural News

Via : Chercheurs de vérité

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.