Est-il possible de déconnecter complètement ?

Grande première : lors de l’été 2017, les cadres français ont pu bénéficier du « droit à la déconnexion » incorporé à la Loi Travail entrée en vigueur au mois de janvier de l’année dernière. Pourtant, selon un sondage Ifop mené en juillet 2017, 78 % de ceux-ci n’ont pas réussi à décrocher et consultaient régulièrement mails et SMS professionnels pendant leur temps libre. Il semblerait donc que se déconnecter de la routine soit plus difficile que prévu à l’ère du numérique. Voici cinq initiatives qui pourraient faciliter la chose.

Les apps

Étrangement, l’un des moyens plébiscités pour décrocher de son smartphone est justement d’installer des apps de detox numérique sur son smartphone. Parmi celles-ci, Thrive, qui promet le blocage global de toutes les applications, notifications, appels et messages ; Friday qui, le vendredi soir venu, décrète que vous ne devez pas être dérangé ; ou encore Forest, qui propose de regarder pousser un arbre virtuel. Et si l’utilisateur touche à son téléphone pendant la croissance de l’être « vivant », celui-ci s’arrête aussitôt et meurt. Un drame.

Appeler, écrire. Rien d’autre

Lorsqu’il s’agit de décrocher, le smartphone et ses applications peuvent vite se transformer en inconvénient. Vu de loin, avec son écran tactile et son design épuré, le Light Phone 2 a tout d’un tel objet de convoitises. Pourtant, il en est l’antagoniste, lui qui, bien que compatible 4G, ne propose que de passer des appels et écrire des messages. Pour cet effet placebo, il faudra en revanche débourser près de 400 dollars. Plus radical encore, le designer autrichien  Klemens Schillinger a créé le Substitute Phone, qui reproduit les sensations du smartphone mais n’est qu’une plaque sertie de billes pour swiper à loisir, sans aucun effet.

Crédits : Light

Le chenil

À 1 000 euros l’iPhone X, Digital Detox ou pas, s’en débarrasser définitivement pourrait être douloureux. De même que de le laisser traîner, pendant les vacances, sous prétexte qu’il ne faut absolument pas l’utiliser. Pour s’assurer que l’objet de toutes les dépendances soit bien logé, nourri et blanchi, Certideal propose, depuis l’été 2017, de faire office de « chenil ». La start-up récupère donc les smartphones des vacanciers et leur fournit en échange un kit detox comprenant notamment un mobile de première génération sans accès Internet. De quoi rester joignable sans être accro.

S’exiler en zone blanche…

Si la méthode douce ne fonctionne pas, il faudra alors passer à la vitesse supérieure. Puisque c’est les vacances, autant partir. Cela tombe bien : la France possède plusieurs « zones blanches », des villages dépourvus de tout réseau téléphonique, cartographiées par l’ARCEP. De quoi se ressourcer dans de charmantes petites bourgades telles que Saint-Pé-d’Ardet en Haute-Garonne ou Cuverville-sur-Yères, en Normandie.

… ou hors zone

Pour ceux à qui s’exiler dans l’Hexagone ne suscite pas grand enthousiasme, la start-up Black Tomato propose de vous envoyer en expédition dans l’inconnu, au milieu de nulle part. Il suffit juste d’indiquer son budget, de choisir entre la jungle, la montagne, le désert ou la glace et hop, en route. Il est fortement déconseillé d’emporter son téléphone portable, sous peine de le perdre. De toute façon, dans de telles contrées, trouver du réseau est inespéré.

Crédits : Black Tomato

Source: outthere by thecamp

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.