Je n’ai jamais vu un monde si fragmenté !

par Andre Vltchek.

Il est étonnant de voir avec quelle facilité, sans résistance, l’empire occidental parvient à détruire les pays « rebelles » qui se dressent sur son chemin.

Je travaille aux quatre coins de la planète, partout où des « conflits » kafkaïens sont déclenchés par Washington, Londres ou Paris.

Ce que je vois et décris ne sont pas seulement ces horreurs qui se produisent tout autour de moi ; des horreurs qui ruinent des vies humaines, détruisent des villages, des villes et des pays entiers. Ce que j’essaie de saisir, c’est que sur les écrans de télévision, dans les journaux et sur Internet, les crimes contre l’humanité monstrueux sont en quelque sorte dissimulés (décrits), l’information devient tellement tordue et manipulée que les lecteurs et téléspectateurs du monde entier ne savent presque rien de leur propre souffrance, et/ou celle de l’autre.

Par exemple, en 2015 et en 2019, j’ai essayé de m’asseoir et de raisonner avec les émeutiers de Hong Kong. Ce fut une expérience vraiment révélatrice ! Ils ne savaient rien, absolument rien des crimes que l’Occident a commis dans des pays comme l’Afghanistan, la Syrie ou la Libye. Quand j’ai essayé de leur expliquer combien de démocraties latino-américaines Washington avait renversé, ils m’ont pris pour un fou. Comment l’Occident, bon, tendre, « démocratique », pourrait-il assassiner des millions de personnes et ensanglanter des continents entiers ? Ce n’est pas ce qu’on leur enseignait dans leurs universités. Ce n’est pas ce que la BBCCNN ou même le China Morning Post ont dit et écrit.

Écoutez, je suis sérieux. Je leur ai montré des photos d’Afghanistan et de Syrie ; des photos stockées dans mon téléphone. Ils ont dû comprendre qu’il s’agissait de matériel original et de première main. Pourtant, ils ont regardé, mais leur cerveau n’était pas capable de traiter ce qu’on leur montrait. Images et mots ; ces personnes étaient conditionnées à ne pas comprendre certains types d’informations.

Mais cela ne se produit pas seulement à Hong Kong, une ancienne colonie britannique.

Vous aurez peut-être du mal à le croire, mais même dans un pays communiste comme le Vietnam, un pays fier, un pays qui a énormément souffert du colonialisme français et de l’impérialisme fou et brutal des États-Unis, les gens avec lesquels je me suis associé (j’ai vécu à Hanoi pendant 2 ans) ne savaient presque rien des crimes horribles commis par les États-Unis et ses alliés contre le voisin pauvre et sans défense le Laos, pendant la « Guerre Secrète » ; crimes qui comprenaient le bombardement de paysans et de buffles, jour et nuit, par des bombardiers stratégiques B-52. Et au Laos, où j’ai couvert les efforts de déminage, les gens ne savaient rien des monstruosités que l’Occident avait commises au Cambodge, assassinant des centaines de milliers de personnes par des bombardements, déplaçant des millions de paysans de leurs maisons, provoquant la famine et ouvrant les portes à la prise de pouvoir par les Khmers rouges.

Quand je parle de ce manque de connaissance choquant au Vietnam, de la région et de ce qu’elle a dû traverser, je ne parle pas seulement des commerçants ou des ouvriers. Elle s’applique aux intellectuels, artistes, enseignants vietnamiens. C’est l’amnésie totale, et elle s’est accompagnée de ce qu’on appelle « l’ouverture » sur le monde, c’est-à-dire à la consommation des médias occidentaux et plus tard à l’infiltration des médias sociaux.

Au moins le Vietnam a des frontières communes et une histoire mouvementée avec le Laos et le Cambodge.

Mais imaginez deux grands pays qui n’ont que des frontières maritimes, comme les Philippines et l’Indonésie. Certains habitants de Manille que j’ai rencontrés pensaient que l’Indonésie était en Europe.

Maintenant, devinez combien d’Indonésiens sont au courant des massacres que les États-Unis ont commis aux Philippines il y a un siècle, ou comment les Philippins ont été endoctrinés par la propagande occidentale sur toute l’Asie du Sud-Est ? Ou bien, combien de Philippins sont au courant du coup d’État militaire de 1965 provoqué par les États-Unis, qui a destitué le Président internationaliste Sukarno, tuant entre 2 et 3 millions d’intellectuels, enseignants, communistes et syndicalistes en Indonésie « voisine » ?

Regardez les sections étrangères des journaux indonésiens ou philippins, et ce que vous verrez ; les mêmes nouvelles de ReutersAPAFP. En fait, vous verrez aussi les mêmes reportages dans les médias du Kenya, de l’Inde, de l’Ouganda, du Bangladesh, des Émirats Arabes Unis, du Brésil, du Guatemala et ainsi de suite. Tout cela est conçu pour produire un seul et unique résultat : la fragmentation absolue !

***

La fragmentation du monde est étonnante, et elle augmente avec le temps. Ceux qui espéraient que l’Internet améliorerait la situation, ont fait une grossière erreur de calcul.

Avec le manque de connaissances, la solidarité a également disparu.

En ce moment, partout dans le monde, il y a des émeutes et des révolutions. J’en couvre les plus importantes, au Moyen-Orient, en Amérique Latine et à Hong Kong.

Permettez-moi d’être franc : il n’y a absolument aucune compréhension au Liban de ce qui se passe à Hong Kong, ou en Bolivie, au Chili et en Colombie.

La propagande occidentale jette tout dans un seul sac.

À Hong Kong, les émeutiers endoctrinés par l’Occident sont dépeints comme des « manifestants pro-démocratie ». Ils tuent, brûlent, battent les gens, mais ils sont toujours des privilégiés de l’Occident. Parce qu’ils s’opposent à la République Populaire de Chine, aujourd’hui le plus grand ennemi de Washington. Et parce qu’ils ont été créés et financés par l’Occident.

En Bolivie, le Président anti-impérialiste a été renversé lors d’un coup d’État orchestré par Washington, mais le peuple majoritairement indigène qui exige son retour est dépeint comme des émeutiers.

Au Liban, comme en Irak, les manifestants sont traités avec bienveillance par l’Europe et les États-Unis, principalement parce que l’Occident espère que les protestations affaiblissent le Hezbollah pro-iranien et les autres groupes et partis chiites.

La révolution clairement anticapitaliste et anti-néo-libérale au Chili, ainsi que les protestations légitimes en Colombie, sont signalées comme une sorte de combinaison d’explosion de griefs authentiques, de hooliganisme et de pillage. Mike Pompeo a récemment averti que les États-Unis appuieront les gouvernements sud-américains de droite dans leur tentative de maintenir l’ordre.

Toute cette couverture est absurde. En fait, il n’a qu’un seul et unique but : confondre téléspectateurs et lecteurs. Pour s’assurer qu’ils ne savent rien ou très peu de choses. Et qu’à la fin de la journée, ils s’effondrent sur leur canapé en soupirant profondément : « Oh, le monde est en ébullition ! »

***

Elle conduit également à une fragmentation considérable des pays de chaque continent et de l’ensemble du Sud Global.

Les pays asiatiques se connaissent très peu. Il en va de même pour l’Afrique et le Moyen-Orient. En Amérique Latine, ce sont la Russie, la Chine et l’Iran qui sauvent littéralement la vie du Venezuela. Les autres pays d’Amérique Latine, à l’exception de Cuba, ne font rien pour aider. Toutes les révolutions latino-américaines sont fragmentées. Tous les coups d’État produits aux États-Unis ne font l’objet d’aucune opposition.

La même situation se produit partout au Moyen-Orient et en Asie. Il n’y a pas de brigades internationalistes qui défendent des pays détruits par l’Occident. Le grand prédateur vient et attaque sa proie. C’est un spectacle horrible, alors qu’un pays meurt sous les yeux du monde, dans une terrible agonie. Personne ne s’en mêle. Tout le monde regarde.

Les pays s’effondrent les uns après les autres.

Ce n’est pas ainsi que les États du XXIe siècle devraient se comporter. C’est la loi d’attraction de la jungle. Quand je vivais en Afrique, en faisant des films documentaires au Kenya, au Rwanda, au Congo, en conduisant à travers la nature sauvage ; c’est ainsi que les animaux se comportaient, pas les gens. De gros chats trouvant leur victime. Un zèbre, ou une gazelle. Et la chasse commençait : un événement terrible. Puis le meurtre lent ; manger la victime vivante.

Assez similaire à la fameuse Doctrine Monroe.

L’Empire doit tuer. Périodiquement. Avec une régularité prévisible.

Et personne ne fait rien. Le monde entier regarde. Prétendant qu’il ne se passe rien d’extraordinaire.

On pourrait se demander : la révolution légitime peut-elle réussir dans de telles conditions ? Tout gouvernement socialiste démocratiquement élu peut-il survivre ? Ou est-ce que tout ce qui est décent, plein d’espoir et optimiste finit toujours par devenir la proie d’un empire dégénéré, brutal et vulgaire ?

Si c’est le cas, à quoi bon respecter les règles ? Manifestement, les règles sont pourries. Elles n’existent que pour maintenir le statu quo. Elles protègent les colonisateurs et fustigent les victimes des rébellions.

Mais ce n’est pas ce dont je voulais parler aujourd’hui.

Ce que je veux dire, c’est que les victimes sont divisées. Elles en savent très peu l’une sur l’autre. Les luttes pour la vraie liberté sont fragmentées. Ceux qui se battent, et saignent, mais se battent quand même, sont souvent contrariés par leurs compagnons victimes moins audacieux.

Je n’ai jamais vu le monde aussi divisé. L’Empire est-il en train de réussir, après tout ?

Oui et non.

La Russie, la Chine, l’Iran, le Venezuela – ils se sont déjà réveillés. Ils se sont levés. Ils apprennent les uns sur les autres, les uns des autres.

Sans solidarité, il ne peut y avoir de victoire. Sans connaissance, il ne peut y avoir de solidarité.

Le courage intellectuel vient maintenant clairement d’Asie, de « l’Orient ». Pour changer le monde, les médias occidentaux doivent être marginalisés, confrontés. Tous les concepts occidentaux, y compris la « démocratie », la « paix » et les « droits de l’homme », doivent être remis en question et redéfinis.

Et sans aucun doute, la connaissance.

Nous avons besoin d’un nouveau monde, pas d’un monde amélioré.

Le monde n’a pas besoin de Londres, New York et Paris pour lui apprendre sur lui-même.

Il faut mettre fin à la fragmentation. Les nations doivent apprendre à se connaître directement. Si elles le font, les vraies révolutions réussiront bientôt, tandis que les subversions et les fausses révolutions de couleur comme celles de Hong Kong, de Bolivie et de tout le Moyen-Orient, seront combattues au niveau régional et ne ruineront pas des millions de vies humaines.

Andre Vltchek

source : I Never Saw a World So Fragmented!

traduit par Réseau Internatonal

Comments

comments

0 commentaire sur “Je n’ai jamais vu un monde si fragmenté !”

  1. I wanted to develop a quick comment so as to thank you for those marvelous tips and hints you are writing here. My time intensive internet investigation has finally been rewarded with brilliant know-how to write about with my friends and family. I would declare that we site visitors actually are very much lucky to dwell in a really good website with so many outstanding people with very beneficial hints. I feel really blessed to have seen your web pages and look forward to some more thrilling minutes reading here. Thank you once more for all the details.

  2. I wanted to send a simple word in order to thank you for the fabulous guidelines you are showing on this site. My time consuming internet lookup has at the end been compensated with professional details to go over with my guests. I would state that that many of us visitors are really lucky to exist in a magnificent place with many brilliant individuals with valuable advice. I feel truly fortunate to have come across the web site and look forward to tons of more awesome minutes reading here. Thank you once more for everything.

  3. I and my friends happened to be digesting the excellent hints located on your site and then all of a sudden I had an awful suspicion I never expressed respect to you for them. Most of the young boys appeared to be for this reason thrilled to learn all of them and have now in actuality been having fun with these things. We appreciate you genuinely really kind and then for making a choice on such amazing useful guides most people are really desperate to be aware of. My personal honest regret for not expressing gratitude to you earlier.

  4. I enjoy you because of all of the work on this site. Gloria really likes making time for investigations and it is easy to understand why. Many of us notice all of the compelling means you create advantageous tips and hints on this blog and in addition foster contribution from website visitors on that idea while our girl is actually being taught a lot. Take advantage of the remaining portion of the year. You are always performing a very good job.

  5. I would like to express my thanks to you for bailing me out of this circumstance. Because of researching through the online world and finding ways which are not powerful, I believed my life was done. Being alive minus the answers to the difficulties you’ve solved as a result of your good site is a critical case, and those which might have in a negative way affected my career if I hadn’t encountered your blog. Your good capability and kindness in maneuvering every item was tremendous. I’m not sure what I would’ve done if I had not discovered such a thing like this. I am able to now look ahead to my future. Thanks a lot very much for your skilled and results-oriented help. I won’t think twice to endorse your web sites to any person who would like tips about this situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.