La région kurde en Irak a tenu un « référendum » sur la disparition de l’Irak pour former un État indépendant. Le référendum était légalement invalide et le résultat était assuré.Qu’un tel référendum a eu lieu maintenant avait plus à voir avec la situation d’assiégé du président régional illégitime Barzaniqu’avec une véritable opportunité d’indépendance. Le référendum n’était pas contraignant. Il appartient maintenant à Barzani de déclarer son indépendance ou de mettre l’affaire de côté en échange, essentiellement,  d’un montant financier plus important pour lui et pour les siens.

 

Nous avons d’abord écrit sur le problème kurde et les ambitions kurdes en Irak en décembre 2005 (!). Les problèmes d’une région kurde indépendante que nous avons souligné sont toujours les mêmes:

Cet état kurde sans littoral pourrait produire beaucoup de pétrole, mais comment ce pétrole atteindrait-il les marchés, en particulier Israël? Les voisins que sont la Turquie, l’Iran et la Syrie possèdent tous des minorités kurdes et n’ont aucune raison d’aider un État kurde à s’enrichir et à voir l’argent versé à ses minorités indisciplinées. Après la saisie par les Kurdes de la ville non kurde de  Kirkuk, le reste arabe de l’Irak ne soutiendra pas non plus les pipelines pour le pétrole kurde.

Les Arabes, les Turcs et les Perses voient les Kurdes comme une tribu de montagne nomade récalcitrante et travaillant exclusivement pour les intérêts israéliens.

Au milieu des années 1960 et 70, Israël a coopéré avec l’Iran du Shah, qui était alors un allié américain, pour lutter contre ses ennemis arabes – l’Irak, la Syrie et l’Égypte. Dans le cadre de cette coopération, le Mossad a envoyé le lieutenant-colonel Tzuri Sagi pour élaborer des plans et créer une armée kurde pour combattre les troupes irakiennes dans le nord de l’Irak. Tzuri Sagi était également responsable des tentatives d’assassinat israéliennes contre Saddam Hussein. Son partenaire de coopération kurde était le chef du clan Barzani, Mollah Mustafa Barzani. L’armée kurde que les Israéliens ont créée est maintenant connue sous le nom de Peshmerga. Le fils du mollah Mustafa Barzani, Massoud Barzani, est maintenant le président illégitime de la région kurde d’Irak.

KurdSagi1-s.jpgLe lieutenant-colonel Sagi avec Mustafa Barzani

KurdSagi2-s.jpgSagi avec des commandants kurdes

KurdSagi3-s.jpgBarzani avec le chef du Mossad, Meir Amit

Les Barzani font partie d’une grande tribu kurde et d’un clan leader dans la région kurde d’Irak. (L’autre grand clan est le Talabani, actuellement avec beaucoup moins de puissance.) En 2005, Massoud Barzani, fils de Mollah Mustafa Barzani, a été élu président de la région kurde en Irak. Son mandat de huit ans s’est terminé en 2013. Le parlement régional a prolongé sa présidence de deux ans. Mais depuis 2015, il a statué sans aucune base juridique. Il a empêché le parlement de se réunir et de l’expulser formellement. Le fils de Massoud Barzani, Mazrour Barzani, est chancelier du conseil de sécurité de la région. Il contrôle tous les renseignements militaires et civils. Nechirvan Barzani, un neveu de Massoud Barzani, est le Premier ministre de la région kurde.

Les intérêts pétroliers des États-Unis ont contribué à renforcer le pouvoir de Barzani. Les Kurdes ont pompé et vendu du pétrole sans le consentement de Bagdad. Le pétrole est exporté par des pipelines turcs et vendu principalement à Israël. La famille du président turc Erdogan est intimement impliquée dans de trafic illégal. Mais malgré des milliards de revenus des ventes (illégales) de pétrole, la région kurde est fortement endettée. Les manigances de corruption au Kurdistan et au gouvernement régional kurde ont empêché les banques locales de trouver de l’argent frais. Ce n’était toujours pas suffisant pour payer les salaires. La mafia de la famille Barzani a volé la impunément la région. Pour continuer à exister et à survivre, le gouvernement local doit annexer plus de richesses et élargir sa base commerciale.

La famille Barzani a des liens religieux-historiques profonds avec un ordre spirituel sunnite de Soufis, le Naqshbandi. L’armée des hommes de l’ordre Naqshbandi était l’un des groupes de résistance sunnite-baathiste contre l’occupation américaine d’Irak. En 2014, cet ordre a aidé (ou n’a pas aidé?) L’État islamique dans l’occupation de Mossoul avant de se retourner contre lui.
Les Kurdes irakiens, sous Massoud Barzani, étaient complices de la prise de Mossoul par l’État islamique, au milieu de l’année 2014, et de la région de Sinjar, habitée par des Yezidis de langue kurde. Ils y ont vu une occasion de voler plus de pétrole et de déclarer leur indépendance de Bagdad. Ce n’est qu’après que l’État islamique a marché vers la «capitale» kurde, Irbid, où les renseignements américains et israéliens ainsi que les compagnies pétrolières occidentales ont leur siège régional, que les Kurdes de Barzani ont commencé à s’opposer à l’État islamique.La famille Barzani a des liens religieux-historiques profonds avec un ordre spirituel sunnite de Soufis, le Naqshbandi. L’armée des hommes de l’ordre Naqshbandi était l’un des groupes de résistance sunnite-baathiste contre l’occupation américaine d’Irak. En 2014, cet ordre a aidé (ou n’a pas aidé?) L’État islamique dans l’occupation de Mossoul avant de se retourner contre lui.
Les intérêts pétroliers des États-Unis ont contribué à renforcer le pouvoir de Barzani. Les Kurdes ont pompé et vendu du pétrole sans le consentement de Bagdad. Le pétrole est exporté par des pipelines turcs et vendu principalement à Israël. La famille du président turc Erdogan est intimement impliquée dans de trafic illégal. Mais malgré des milliards de revenus des ventes (illégales) de pétrole, la région kurde est fortement endettée. Les manigances de corruption au Kurdistan et au gouvernement régional kurde ont empêché les banques locales de trouver de l’argent frais. Ce n’était toujours pas suffisant pour payer les salaires. La mafia de la famille Barzani a volé la impunément la région. Pour continuer à exister et à survivre, le gouvernement local doit annexer plus de richesses et élargir sa base commerciale.

Ils ont ensuite utilisé la lutte contre l’État islamique pour élargir la superficie qu’ils contrôlaient de 40%. Des minorités comme les Yezidi et les Assyriens, qui ont été chassés de leurs foyers par l’État islamique, sont désormais privés de retour dans leurs régions par des occupants kurdes. Commele rappelle Rukmini Callimachi, journaliste du NYT :

Un refrain commun que j’entends, c’est que l’armée irakienne a fui lorsque ISIS a menacé Mossoul, alors que les Kurdes ont trouvé n’ont pas bougé.Malheureusement, ce n’est pas vrai. L’un des domaines qui était sous le contrôle des troupes kurdes était le Mont Sinjar, qui abrite une grande partie des 500.000 Yazidis vivant en Irak. Selon le les nombreuses interviews j’ai faites avec les survivants du génocide Yazidi commis par ISIS, les troupes kurdes ont été détalé quand ISIS est venu. Pire encore, disent les dirigeants de la communauté yazidi, les troupes kurdes ont désarmé les Yazidis. Et ne les ont pas avertis de l’avance d’ISIS. Le résultat: des milliers de femmes Yazidi ont été enlevées par ISIS et violées systématiquement.

 

Challimachi rapporte en outre que les troupes kurdes empêchent maintenant les Yezidis de rentrer chez eux. Barzani a annexé unilatéralement leurs terres et a déclaré unilatéralement comme faisant partie de la région kurde. Les Kurdes occupent également des terres et des villages, déjà mentionnés dans la Bible, qui appartiennent à des chrétiens assyriens.

Un autre point chaud est Kirkuk. La ville riche en pétrole est une région à l’origine turkmène et arabe. Les Kurdes l’ont arrachée en 2014 alors que l’État islamique marchait sur Bagdad. Le mouvement sur Kirkuk était, paraît-il, coordonné avec l’État islamique. Ils veulent maintenant l’annexer.

L’État irakien est naturellement avec véhémence contre cela et envoie maintenant son armée. Le gouvernement turc, qui se considère comme le défenseur de tous les Turkmènes, menace également d’intervenir. Après le référendum de l’indépendance kurde, le gouvernement irakien a déclaré un blocus partiel de leur région. L’Irak est un État souverain, la région kurde n’a pas de statut juridique indépendant. Cela donne à Bagdad de nombreuses façons d’étrangler les ambitions kurdes. À partir du vendredi, tous les vols internationaux (civils) vers Erbil sont interdits par ordre de Bagdad. Un blocage et un arrêt de tous les transferts commerciaux et monétaires sont susceptibles de suivre. La Serbie, l’Iran et la Turquie se sont toutes prononcées contre l’indépendance kurde et menacé de représailles. Officiellement, les États-Unis sont également contre un état kurde indépendant. Israël a été le seul État qui a soutenu le référendum. Cette sympathie (ou la commodité politique) fonctionne dans les deux sens: Dans l’Erbil du Kurdistan, le chef des bureaux du scrutin a crié: «Nous sommes le deuxième Israël!»

 5188990_3_7d5c_les-drapeaux-kurdes-et-israeliens-lors_82779b14374197546b895abbabbf1cbe
Rallye du référendum à Erbil

Chuck Schumer, leader démocrate du Sénat et outil sioniste fiable, a appelél’administration Trump à reconnaître un Kurdistan indépendant. Trump ne peut pas le faire parce qu’il mettrait les États-Unis en opposition à ses «alliés» dans les gouvernements turc et irakien. Mais la position officielle est différente de ce que les États-Unis font sur le terrain. Les armes des États-Unis continuent d’affluer vers les forces kurdes en Irak et en Syrie. De même, la Turquie est officiellement très préoccupée par l’indépendance de l’Irak kurde, mais elle a également des intérêts commerciaux (en particulier dans le trafic du pétrole, dans lequel le fils Erdogan est impliqué jusqu’au cou). À long terme, il craint les mouvements d’indépendance dans sa propre grande population kurde et considère le référendum en Irak comme un mouvement américain contre les intérêts de sécurité turques: Les [Turcs] croient que le référendum fait effectivement partie du désir supposé de Washington d’établir « un deuxième Israël  » dans la région. Le soutien d’Israël au référendum a alimenté cette perception.

Selon le Premier ministre irakien, la Turquie a accepté d’isoler la région kurde.Mais les entreprises turques et la famille immédiate d’Erdogan ont un intérêt commercial pour le pétrole de la région kurde. La Turquie exporte quelque 8 milliards de dollars par an en produits alimentaires et de consommation dans la région kurde. Alors qu’Ankara est anxieuse que sa propre population kurde suivra l’exemple kurde irakien, la cupidité à court terme pourrait bien prévaloir sur les intérêts nationaux à long terme. Sans accord turc, une région kurde « indépendante » en Irak ne peut pas survivre. Une telle indépendance dépendrait totalement des caprices d’Ankara. Si Massoud Barzani gagnait suffisamment de soutien extérieur et en particulier turc, la situation en Syrie changerait également. Les Kurdes en Syrie sont actuellement dirigés par le PKK / YPG, un culte politique et une milice qui suivent les philosophies brutes d’Abdullah Öcalan. Politiquement, ils s’opposent à Barzani mais ils ont des intérêts et des attitudes similaires. Bien que seulement 8% de la population, ils ont maintenant occupé environ 20% des terres de la Syrie et contrôlent 40% de ses réserves de pétrole. Le soutien continu des États-Unis aux Kurdes syriens et l’exemple en Irak pourrait les inciter à se séparer de la Syrie. Damas ne l’accepterait jamais. L’indépendance délicate, en tant que Barzanistan en Irak et / ou en tant que culte anarcho-marxiste en Syrie, serait le début d’une autre décennie de guerre, soit entre les entités kurdes et les nations autour d’elles, soit entre les tribus kurdes elles-mêmes.

 

Source: Numidia-liberum

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.