image-couv-site-098222.jpg

Cette semaine se déroulait la première conférence WID.world à PSE, l’école d’économie de Paris, destinée à l’analyse et aux estimations sur les inégalités de revenus et de patrimoine. Chapeautée par le prix Nobel d’économie Thomas Piketty (« prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel »), cette conférence intervient après la sortie du premier rapport du World Inequality Lab qui dresse un bilan particulièrement catastrophique de l’état des inégalités dans le monde…

Le capitalisme : véritable fabrique aux inégalités…

Après la sortie de « Capital au XX ème siècle », Thomas Piketty avait déjà bousculé le paysage économique en mettant en lumière l’immense concentration des richesses par les catégories sociales ultra privilégiées. Quelques années plus tard, les plus grands économistes des inégalités (Facundo Alvarado, Emmanuel Saez, Gabriel Zucman) sont réunis à Paris autour de Thomas Piketty pour discuter des inégalités.

La remise en cause de l’économie de marché pour résoudre la problématique des inégalités fait son chemin dans le champ économique, mais aussi dans le débat public… La dérégulation financière initiée depuis 1980 n’a pas porté les fruits escomptés et les inégalités se sont considérablement aggravées depuis cette période. Pour Lucas Chancel, l’échec de la théorie du ruissellement est maintenant acté. Le nouveau rapport « démontre, si besoin en était, que nous n’avons pas besoin que le haut de la pyramide des revenus soit toujours plus riche, se prenne une part toujours plus importante du gâteau, pour espérer que cela finisse par retomber sur les populations les plus modestes, ou encore les classes moyennes ».

image 72892

La croissance des inégalités touchent l’ensemble du monde… excepté l’Europe de l’Ouest

Si l’ensemble des pays du monde sont touchés par l’augmentation des inégalités, les Etats-Unis et le Canada sont largement en tête : la part de la concentration du revenu national des 10% les plus riches ou des 1% les plus riches y est particulièrement élevée. Aux Etats-Unis, la part de revenu capturée par le centile le plus riche de la population a été multipliée par deux en à peine 30 ans. Aujourd’hui, ces derniers détiennent plus de 20% des richesses des Etats-Unis… Seule l’Europe de l’Ouest semble échapper à cette tendance… et fait presque figure de modèle. Malgré le manque d’impôts progressifs et une augmentation de la pauvreté, les économistes estiment que si le reste du monde suivait le modèle de l’Europe de l’Ouest, les inégalités seraient largement réduites d’ici 2050 !

Cette situation n’est donc pas irréversible : impôts plus progressifs, taxe sur les transactions financières, meilleures taxation des revenus du patrimoine, création d’un registre mondial des titres financiers… autant de solutions qui permettraient de réduire pour de bon les inégalités. Il ne manque que le courage politique pour les mettre en place.

 

Source:La reléve et la peste

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.