Nicolas Moufflet est la première personne dans le monde à lancer le concept de bouteilles 100 % végétales.
Les bouteilles en plastique : une vraie problématique

Tout le monde le sait, la consommation d’eau en bouteille produit de nombreuses tonnes de plastique par an. Cela représente un enjeu de taille dans les problèmes de pollution et de développement durable quand on sait que, seulement aux Etats Unis, la fabrication de bouteilles en plastique nécessite environ 17 millions de barils de pétrole par an. Au-delà du processus de fabrication, le transport entre également en compte, et là c’est 2.50 millions de tonnes de CO2 que crée chaque année la fabrication des bouteilles d’eau. Alors vous allez me dire : « oui, mais on recycle ! ». Certes cette initiative permet de diminuer l’impact, mais 20% seulement des bouteilles en plastique sont réellement recyclées.

Face à ce constat, un ingénieur de Saintes (commune située en Charente-Maritime) a élaboré les premières bouteilles d’eau biodégradables et compostables.

AB4579801EF72D3F86E9912A940F1899 2

Des bouteilles 100 % végétales !

Nicolas Moufflet, 41 ans, est le premier à solutionner cette problématique. En effet, cet ingénieur Saintais vient de mettre en place un concept de bouteilles fabriquées à partir de canne à sucre ou encore de noyaux d’olives.

Bien que le procédé soit gardé secret, il affirme que son innovation est biodégradable et compostable ! Les seules informations dévoilées à ce jour sont que « des éprouvettes en sucre sont chauffées dans un four, avant de passer dans un moule sur mesure afin d’obtenir des flacons ». Impossible pour Nicolas d’en dire plus sur la recette des granulés qui lui permettent de produire ses éprouvettes. « La seule chose que je peux vous dire, c’est qu’il y a du sucre, le reste c’est secret ! » explique-t-il à l’équipe de Radio France.

Cette année, son atelier a permis de fabriquer plus de 2 millions de bouteilles. Celles-ci sont ensuite revendues principalement dans des magasins bio. « Si un producteur développe du jus de fruit bio, il préfère que l’emballage soit à la fois bio et bien conditionné. On parle souvent de l’eau, je trouve qu’en emballer dans du plastique pétrochimique c’est assez incohérent » explique Nicolas Moufflet. Celui-ci tente d’être ainsi le plus cohérent possible avec ses acheteurs, et produit également des bouteilles pour l’huile d’olive à base de noyaux d’olives.

Malgré tout, l’ingénieur doit pérenniser son activité et cela ne lui permet pas encore de produire « que » du 100% végétal. Il produit donc toujours des bouteilles en plastique afin de pouvoir atteindre son chiffre d’affaires et financer sa recherche et son développement. Il pourra ainsi se concentrer à 100% sur son innovation d’ici 2 ans.

 

Source:la reléve et la peste

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.