L’esclavage moderne par la dette



À l’époque, l’esclavage se réduisait à des chaînes en métal, aujourd’hui l’esclavage est invisible mais bien présent.

Ça vient d’où la dette ?

C’est tout sauf une invention moderne ! Depuis les Sumériens les citoyens s’endettaient auprès des gouvernants ou des créanciers quand ils ne disposaient pas de ressources suffisantes (dû à une mauvaise récolte par exemple).

Pour les Babyloniens, la dette était même leur moyen de paiement. Ils n’avaient pas de monnaie et pour ne pas s’encombrer avec leur bétail pour faire du troc, ils notaient ce que l’autre devait lui amener quand ils auraient le temps et les ressources suffisantes.

A ce moment-là, la dette était d’abord et surtout une relation de confiance entre deux personnes et qui permettait de créer du lien social. D’ailleurs, c’était même l’expression utilisée dans le « Notre père » au début : ils ne disaient pas « Pardonne-nous nos offenses… » mais « Annule-nous nos dettes…»


Quand on a commencé à vouloir en faire une activité économique et qu’on a voulu vendre de l’argent comme on vend une marchandise, c’est devenu un peu moins sympathique. Il y avait donc les riches créanciers, comme la famille Médicis par exemple, qui prêtaient de l’argent aux citoyens, aux États ou aux entreprises, qui en contrepartie s’engageaient à rendre la somme et un petit plus pour remercier le généreux donateur. Cela a poussé les débiteurs (ceux qui contractent une dette) à faire tout et n’importe quoi pour ne plus être inquiété par la dette.

Crédit Photo : Vitaly Taranov

La monnaie papier

Pour expliquer l’apparition de la monnaie papier, l’histoire la plus parlante est celle des négociants de Londres et de Stockholm qui au XVIe siècletransportaient les marchandises sur les océans aux quatre coins du monde.

Beaucoup de transactions se réglaient en or ou en argent, monnaies marchandises acceptées dans de nombreuses contrées. Il était risqué de posséder et transporter ces métaux précieux : on pouvait se les faire dérober. Les marchands commencèrent à confier la garde de leurs métaux précieux aux orfèvres, les négociants en métaux précieux.

En échange, les orfèvres leur donnaient un reçu, un certificat de dépôt nominatif, qui permettait à son bénéficiaire de récupérer à tout moment son métal précieux. À cette époque, les paiements pouvaient se faire à l’aide de lettres de change — sorte d’ordre de transfert de propriété ou de change entre monnaies. Lors des retraits des métaux précieux, les orfèvres en gardaient une fraction pour service de stockage rendu. Les boutiques des orfèvres devinrent des coffres-forts bien gardés.

Puis les certificats de dépôt devinrent non nominatifs. Il y était simplement inscrit le poids de métaux précieux qu’ils représentaient. Ces certificats étaient des reconnaissances de dette en métaux précieux dites « au porteur »de l’orfèvre envers le détenteur du billet. Les marchands se mirent à se payer non pas en métaux précieux, mais avec ces certificats. La monnaie papier était née.

La naissance de la banque




Les orfèvres constataient que les marchands laissaient l’essentiel de leurs métaux précieux dans leurs coffres. Ils eurent donc l’idée de prêter ces métaux précieux à d’autres marchands pour développer leur commerce. Plutôt que de prêter les métaux précieux entreposés dans leurs coffres, les orfèvres émirent des certificats papier. Quand les marchands remboursaient leur dette, ils rendaient les certificats et versaient un intérêt aux orfèvres en métal précieux. Les orfèvres se mirent à imprimer bien plus de certificats qu’il n’y avait de métaux précieux disponibles dans leurs coffres. Cette pratique leur permit de s’enrichir en multipliant les intérêts perçus. Quand les certificats étaient rendus aux orfèvres ils étaient détruits. Tant que tous les emprunteurs et déposants ne venaient pas tous au même moment demander l’échange de leurs certificats contre l’équivalent en métaux précieux, leur petit tour de magie leur permettant de s’enrichir restait secret.

Par exemple, pendant la colonisation de l’Amérique, les navigateurs empruntaient des sommes conséquentes pour financer leurs expéditions (à taux élevés parce que les créanciers ne savaient pas s’ils allaient revenir vu les risques que représentait la traversée) ainsi, une fois sur place ils détruisaient, et dévalisaient tout et tout le monde pour arriver à tirer ne serait-ce qu’un petit bénéfice personnel. Il fallait à tout prix rentabiliser le voyage pour rembourser le créancier, financer l’équipage… donc ils exploitaient un maximum de ressources, et asservissaient les populations autochtones pour gagner le plus possible.

En plus de ça, il y a une longue tradition qui a parcouru les siècles et les époques qui est que les insurrections populaires ont généralement commencé par un grand feu de joie avec toutes leurs dettes (c’est ce qu’ont fait les Russes après la révolution de 1917, et les révolutionnaires français aussi). La dette a donc un véritable enjeu politique : on se révolte contre ceux qui détiennent nos dettes.




En fait la dette, même si elle est quelque part nécessaire pour tout le monde, c’est aussi et surtout un instrument de pouvoir. Dans son article L’Esclave, la dette et le pouvoir Alain Testart montre qu’il y a un continuum entre esclavage, dette et pouvoir .

« L’endettement est une forme d’esclavage parce qu’on est lié personnellement à une institution. »

Et historiquement, les gens qui ne payaient pas leurs dettes pouvaient être mutilés, aujourd’hui on peut aller en prison pour ça.

Il y a donc une relation de pouvoir entre le créancier et le débiteur mais aussi entre l’État souverain et les créanciers, parce que les grands créanciers se retrouvent avec un pouvoir immense sur les citoyens.

Pendant longtemps, les États régulaient ce marché des dettes privées mais aujourd’hui on est passé dans le paradigme de l’autorégulation des marchés, ce qui a pu mener à des véritables désastres et notamment la crise des Subprimes.

Cette crise mondiale est due au phénomène de tritrisation : les créances sont vendues sur le marché financier mondial, ce qui fait que quand les Américains qui avaient un emprunt « subprime » n’ont pas pu le rembourser, c’est toutes les banques qui avaient acheté des créances qui sont tombées. Mais pour éviter que ce soit l’intégralité du marché financier qui s’écroule, les pays se sont endettés pour sauver les banques ; les États se sont endettés pour désendetter les banques.

Crédit Photo : Sharon McCutcheon

La dette publique, c’est quoi ?

La dette publique c’est le stock d’argent qu’emprunte l’ensemble des administrations publiques (État + Sécurité sociale + administrations locales)pour rembourser le déficit public (si le revenu national ne suffit pas) et pour investir.

Comment ça marche ?

De façon schématique, jusque dans les années 70 on empruntait surtout auprès des Banques centrales (la Banque de France par exemple) qui étaient des banques nationales donc détenues par les pays concernés : entre les années 60 et 70 la Banque de France était obligée de prêter gratuitement à la France jusqu’au seuil de 13 milliards d’euros, après quoi l’État devait payer à un taux d’intérêt très faible de 2 % ou 3 % mais encore une fois, il y avait une limite fixée à 12 milliards de plus environ, et si ça ne suffisait toujours pas pour combler le déficit de l’État, on empruntait aux banques commerciales.

Mais en 1973 est signée la loi dite « Pompidou-Giscard ». Avec celle-ci, on interdit aux banques centrales de prêter directement aux États (en France d’abord, mais aujourd’hui presque tous les États sont dans ce modèle).

Pourquoi ? Pour éviter les dérives de l’État – qui était complètement maître de sa politique économique – et assurer la concurrence libre du marché. Ainsi, on retire cette souveraineté aux États, et on les oblige à passer par les banques privées. On arrive au paradoxe qu’on avait déjà soulevé pour la crise des subprimes :

L’État s’endette pour sauver des banques qui ont trop joué avec le feu, et ces mêmes banques nous demandent de rembourser nos dettes et appliquent des taux d’intérêt plus élevés parce qu’on est plus endettés. Le plus dramatique c’est que cette loi a été votée grâce à un jeu de lobbying : elle a été votée sous Pompidou (qui sortait de Rothschild) et a été proposée par Giscard…




Crédit Photo : Matthew Henry

Toutefois, cette loi n’interdisait pas totalement l’emprunt auprès de la Banque de France, c’est avec le traité de Maastricht que ça a été complétement interdit. Le problème n’est pas tant cette loi en soi mais le fait que les États n’aient aucun moyen d’action pour réguler les marchés, et notamment à cause de l’Europe.

En 1991, le Traité de Maastricht interdit le financement des États auprès de la Banque centrale mais aussi auprès des banques commerciales. Sauf que ça ne change pas grand-chose puisque pour emprunter, l’État est désormais obligé d’acheter des obligations sur les marchés financiers qui sont détenues par les banques commerciales.

C’est à ce moment là qu’est créée la BCE (Banque Centrale Européenne) qui va signer en 1997 le Pacte de Stabilité et de Croissance qui fixe des règles budgétaires aux États et notamment : ne pas dépasser un déficit public de 3 % du PIB et une dette publique de 60 %. Comme ça, arbitrairement. En 2015, en France on était à 96,2 %, en Italie 132,3 %, en Allemagne 71,2 % ! Mais ces objectifs servent avant tout à nous forcer à tout faire pour se désendetter.

Les Banques centrales ont donc arrêté de prêter l’argent de leurs propres stocks aux États et les États ont dû émettre des obligations sur le marché financier, et ensuite ces obligations sont vendues aux enchères.

Les banques commerciales, françaises ou étrangères peuvent acheter des obligations, c’est-à-dire détenir une partie de la dette, en pariant sur le fait qu’elle sera remboursée.

Ainsi, tout est fait pour que l’État rembourse sa dette même si c’est au détriment des intérêts de la population (les politiques d’austérité en sont le meilleur exemple). C’est comme ça qu’à la valeur de l’emprunt est venue se rajouter le taux d’intérêt, fixé ou négocié par les banques et destiné à rémunérer les banques. Concrètement, cela signifie que notre dette publique, qui représentait 96 % de notre PIB fin 2016 en France soit 2 147,2 milliards d’euros environ et qui gonfle d’année en année, ce n’est en très grande majorité que l’accumulation des intérêts qu’on doit aux banques. Mais bon, il reste toujours environ 19 % de notre dette qui est détenue par des assurances françaises et 10 % par des établissements de crédit français.

Pourquoi on a besoin des dettes ?

La dette n’est pas foncièrement une mauvaise chose. En fait, si on n’était pas endettés, dans le système dans lequel on vit, on serait dans une situation problématique. Parce que du moment que notre population augmente et notre activité aussi, on a besoin de créer de la monnaie ; et pour créer de la monnaie on a besoin d’emprunter auprès des banques (responsables de 90 % de la création monétaire, le reste revenant aux Etats ou aux banques centrales).




Tout notre système monétaire repose sur la dette : quand on fait un emprunt, la banque fait de la création monétaire « ex nihilo », c’est-à-dire qu’elle note juste un chiffre sur notre compte – qui n’a aucune valeur en soi puisque l’argent n’existe pas encore – en pariant sur le fait que cet argent « virtuel »sera détruit par le remboursement.

Leurs taux d’intérêts ça leur sert à spéculer sur les marchés financiers (où plus c’est risqué plus ça rapporte gros)et à financer les millionnaires qui travaillent dans la banque.

Comment peut-on diminuer la dette ?

Il y a eu deux types de réponses majoritaires qui ont évolué entre avant et après les années 1970 pour répondre au problème de la dette : avant les années 1970 on était plutôt dans les politiques de relance keynésiennes qui cherchent à relancer l’emploi en augmentant les dépenses publiques (en faisant des grands travaux par exemple).

Le problème étant que, dans le monde globalisé, les pays industrialisés ont plus augmenté leurs importations que leur production nationale d’où des phénomènes d’inflation (soit perte du pouvoir d’achat de la monnaie et donc augmentation des prix).

Après les années 1970 on est passé à des politiques de lutte contre l’inflationoù on cherchait à favoriser les entreprises en stimulant leurs profits pour augmenter la compétitivité. Mais ces politiques ont systématiquement mené à une hausse des taux d’intérêt.

Est-ce qu’on a besoin de rembourser la dette ?

On dit souvent qu’il faut rembourser la dette pour ne pas laisser de dette à nos enfants, mais c’est faux ! Quand on fait le calcul avec la prise en compte de nos richesses de patrimoine, on se rend compte qu’on a un surplus, c’est-à-dire qu’on a plus de richesses que ce qu’on doit aux banques.

« De notre point de vue, s’il est crucial de réduire l’endettement public, c’est en raison de ses effets redistributifs des pauvres vers les riches. »

En effet, une part des impôts prélevés sur l’ensemble des contribuables servent en partie à payer la charge de la dette (39 milliards d’euros en 2009), alors qu’ils auraient pu être affectés à d’autres usages tels que la santé ou l’éducation, tandis que ces intérêts sont versés en partie aux contribuables rentiers qui détiennent 35 % de la dette publique.

« Les finances publiques servent donc d’intermédiaire à un transfert de revenu vers les ménages les plus aisés. »

Ce que montre cet article du Monde c’est que plus on est endetté, plus on doit de l’argent aux grands rentiers, et quand on applique des politiques d’austérité on ne fait que faire passer le petit pécule des citoyens dans les mains de ces grands contribuables qui sont déjà blindés. D’autant plus que l’augmentation de la dette n’est pas due à une augmentation des dépenses publiques, au contraire celles-ci restent assez stables (autour de 50 % du PIB depuis 1985), ce qui augmente ce sont les taux d’intérêt fixés par les banques !

Donc oui, il faut essayer de rembourser le plus possible la dette pour arrêter le cercle vicieux de « tu t’endettes, tu payes plus, donc tu te réendettes parce que tu n’as pas assez », en tout cas dans notre système actuel. Mais on ne remboursera jamais totalement la dette, à cause de ce même cercle vicieux. Une des solutions proposées par certains (Mélenchon notamment) serait que la BCE rachète la dette, pour court-circuiter les marchés financiers au moins en partie.

Pourquoi les pays ultra-endettés restent endettés ?




Le FMI c’est l’instance de surveillance et d’harmonisation des politiques économiques des 189 États membres. En effet, c’est le FMI qui dicte les règles du jeu aux États. Mais le FMI ne gère pas tout, il y aussi les agences de notation (tel que Standard et Poor’s ou Moody’s) qui donnent des bons points aux pays qui vont bien, et des mauvais points aux pays qui sont déjà dans le rouge.

C’est le fameux sigle « AAA », qui est en fait un indicateur pour les marchés financiers, qui font baisser les taux d’intérêt dans les pays qui sont en croissance économique et les augmenter pour les pays en récession. Par exemple, pendant la crise grecque les taux d’intérêt des créanciers étaient entre 7 % et 18 % selon la durée pour rembourser, alors qu’en Allemagne au même moment était proche de 0 % !

Pour les rentiers, il est plus sûr de mettre des taux d’intérêt bas à un pays dont on sait qu’il est en mesure de rembourser (il y a moins de risque), alors qu’un pays comme la Grèce on sait qu’ils vont avoir des difficultés pour rembourser et qu’il y a même un risque qu’ils ne remboursent pas du tout.

Crédit Photo : Jimi Filipovski

Grèce VS Argentine

On en a assez peu entendu parler (de façon surprenante) mais en 2001 l’Argentine était dans une situation comparable à celle actuellement en Grèce (surendettés avec des taux de chômage, de pauvreté, de mortalité très élevés, les gens se précipitaient pour aller retirer leur argent, il y avait des émeutes, du vandalisme, ils ont même changé cinq fois de président en quelques jours !).

Ainsi, le FMI leur a accordé généreusement un prêt mais à condition qu’ils ne s’en servent pas pour aider directement les populations dans le besoin. Non, eux, ils voulaient sauver les banques avant de sauver les gens. Ça veut dire qu’ils ont fait lancer sept plans d’austérité qui ont été un désastre pour l’Argentine.

En 2002, le PIB argentin dégringole de 10,9 %. 57 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et le taux de chômage dépasse les 20 %. En un an, la dette publique passe de 63 % à 135 % du PIB. On voit apparaître dans les rues des « piqueteros », des pauvres et des chômeurs qui coupent les routes pour exiger du travail et du pain. Les Argentins doivent renoncer aux produits américains dont ils raffolaient en raison du coût exorbitant des biens importés.

Roberto Lavagna, ministre de l’Economie, décide de s’imposer face à Horst Köhler, qui était alors directeur général du FMI. L’Argentine a décidé fin 2001 / début 2002 de « sortir de la crise en dehors des chemins tracés par le FMI ». En faisant défaut sur sa dette et en se coupant de tout financement sur les marchés internationaux depuis 10 ans, l’Argentine a certes souffert en 2001 et 2002, mais affiche depuis un taux de croissance impressionnant, en moyenne de 7,5% par an depuis 2003. Grâce à cela, le pays a réussi à remonter la pente. En 2002, l’Argentine était endettée à 137,2 % de son PIB, en 2015 à 52,14 % !

Alors pourquoi on ne fait pas la même chose en Grèce ?




La Grèce est tenue par l’Europe et les règles de la BCE : comme pour le FMIla BCE a prêté de l’argent à la Grèce mais sous conditions qu’elle suive ses recommandations en matière de politique économique. Ainsi, on impose l’austérité mais ça ne marche pas parce qu’évidemment quand tu coupes dans les dépenses publiques qui sont destinées aux populations (salaires, postes dans la fonction publique…) tu ne risques pas de relancer la consommation et donc l’économie du pays.

La grosse différence avec l’Argentine, c’est que la Grèce n’a pas beaucoup de ressources naturelles (par exemple le soja, qui représente ¼ des exportations de l’Argentine a vu ses prix décoller, + 150 %, entre 2003 et 2011. La Grèce quant à elle a vraiment besoin des importations, c’est pour ça qu’une relance keynésienne ne serait sans doute pas une solution miracle, puisque cela augmenterait d’avantage les importations que les productions nationales.

Pour récapituler :

  • On a besoin de la dette parce qu’on a besoin de créer de la monnaie pour que l’activité économique se développe à mesure que la population augmente
  • Le problème c’est qu’on a arrêté d’emprunter auprès des banques centrales (à des taux proches de 0) pour emprunter auprès des banques privées à des taux variables.
  • Les taux des emprunts sont négociés sur le marché financier international en fonction des notes déterminées par les agences de notation. Le montant de notre dette est donc complétement déterminé par le marché financier.
  • Pour rembourser cette dette et atteindre les critères fixés par l’Europe, on applique des politiques d’austérité qui sont injustes pour les populations.
  • Aujourd’hui on est même endetté auprès de la Terre, alors autant se désendetter à tous les niveaux !

Voici ce que donne notre enquête en vidéo ! 



Comments

comments

0 commentaire sur “L’esclavage moderne par la dette”

  1. Ping : mens ed pills
  2. I have to convey my appreciation for your kind-heartedness in support of men who have the need for assistance with this one niche. Your special dedication to getting the solution up and down had been unbelievably advantageous and has specifically permitted guys and women just like me to attain their endeavors. Your warm and friendly help and advice denotes much a person like me and substantially more to my peers. Thanks a ton; from everyone of us.

  3. I simply had to thank you so much yet again. I am not sure the things that I might have gone through without the actual techniques revealed by you over such subject. It absolutely was the hard circumstance for me personally, however , witnessing this expert fashion you treated it took me to weep for happiness. I am just grateful for the information and as well , trust you know what a great job you’re carrying out instructing the mediocre ones with the aid of your blog post. Probably you haven’t come across any of us.

  4. I intended to send you the very little remark so as to say thanks yet again for your personal spectacular things you have shown on this page. It is really wonderfully generous with people like you to grant easily all that most people could have offered for an e-book to get some dough for themselves, chiefly considering that you might have tried it if you wanted. The guidelines also worked to become a easy way to be certain that other individuals have a similar dream just like mine to find out more and more with respect to this matter. I am sure there are millions of more enjoyable periods ahead for many who find out your blog.

  5. I have to point out my admiration for your kind-heartedness for men and women who absolutely need guidance on in this idea. Your special commitment to getting the message along turned out to be remarkably beneficial and have in most cases allowed regular people much like me to get to their objectives. Your entire insightful guide implies this much to me and even further to my mates. Thanks a ton; from each one of us.

  6. I actually wanted to post a quick comment to be able to appreciate you for some of the awesome solutions you are placing at this site. My considerable internet look up has now been recognized with excellent facts to talk about with my close friends. I would assert that most of us site visitors actually are very fortunate to exist in a very good website with so many marvellous people with insightful tricks. I feel rather happy to have encountered the web site and look forward to plenty of more fun moments reading here. Thank you once more for everything.

  7. I wish to express appreciation to you just for bailing me out of this particular difficulty. Just after browsing throughout the world-wide-web and finding principles that were not beneficial, I believed my life was well over. Existing devoid of the strategies to the problems you have solved through your main website is a crucial case, as well as those that might have negatively affected my entire career if I had not noticed your blog. That ability and kindness in handling a lot of things was crucial. I’m not sure what I would have done if I had not come upon such a stuff like this. I’m able to at this point look forward to my future. Thanks a lot so much for this high quality and sensible help. I won’t think twice to refer your web page to any person who ought to have direction about this subject matter.

  8. I have to show appreciation to you just for bailing me out of this particular trouble. Just after browsing throughout the internet and meeting advice which are not powerful, I was thinking my life was done. Living devoid of the solutions to the difficulties you have resolved by means of this guide is a serious case, and the kind which might have negatively damaged my entire career if I had not encountered your website. Your own personal competence and kindness in controlling almost everything was tremendous. I don’t know what I would have done if I had not come across such a stuff like this. I am able to at this point look ahead to my future. Thanks a lot very much for this specialized and result oriented help. I will not hesitate to propose your web site to any individual who would like support on this subject.

  9. I want to show my gratitude for your kind-heartedness giving support to folks that actually need help on this one question. Your very own dedication to getting the solution along came to be astonishingly interesting and has empowered girls just like me to attain their desired goals. This valuable useful information implies a whole lot to me and even more to my mates. Best wishes; from all of us.

  10. Thank you for all your valuable efforts on this site. Kate take interest in working on investigations and it’s easy to understand why. Almost all know all about the lively means you give very important tricks by means of your blog and therefore strongly encourage response from visitors on this point so our girl is undoubtedly becoming educated so much. Take pleasure in the rest of the new year. Your doing a useful job.

  11. I wanted to compose you a bit of word just to give many thanks once again about the stunning guidelines you’ve shared on this website. This has been particularly generous with you to grant freely precisely what most of us could have advertised as an ebook in making some bucks on their own, chiefly considering the fact that you could possibly have tried it if you ever wanted. The tips likewise served like a good way to fully grasp that someone else have the same passion much like my very own to realize more on the subject of this problem. I am sure there are numerous more enjoyable instances ahead for individuals that read your blog.

  12. Thank you a lot for providing individuals with an exceptionally superb opportunity to discover important secrets from this blog. It’s usually so sweet and also full of a lot of fun for me personally and my office colleagues to visit the blog not less than three times every week to read the fresh issues you have got. Not to mention, I’m also certainly motivated considering the fabulous things you give. Certain 4 points in this article are truly the most impressive we have had.

  13. I not to mention my pals were actually checking out the great tricks located on your web site and then suddenly came up with an awful suspicion I had not expressed respect to the blog owner for those strategies. All of the men were definitely warmed to read through them and have honestly been making the most of these things. Many thanks for indeed being very helpful and for picking varieties of fine subject matter most people are really wanting to be informed on. Our honest regret for not saying thanks to earlier.

  14. I enjoy you because of all your labor on this blog. My mother really likes conducting investigations and it’s obvious why. Most of us know all of the lively means you give insightful items by means of this web site and as well as boost participation from others on this situation so our princess is always understanding a lot of things. Take pleasure in the remaining portion of the new year. You’re the one performing a brilliant job.

  15. Needed to post you one very small observation to thank you very much as before on your spectacular tactics you have provided above. It was certainly open-handed of you to offer extensively what most people might have sold for an electronic book in making some dough for their own end, and in particular since you might well have tried it in case you wanted. The techniques as well served like the great way to be certain that most people have the same keenness really like my own to grasp a lot more in respect of this matter. I am certain there are several more enjoyable occasions in the future for folks who see your site.

  16. Needed to write you that very small word just to say thanks a lot as before relating to the pleasant views you have shown above. This has been really surprisingly generous of people like you to provide unhampered all a few people would have offered as an e book to generate some profit for themselves, and in particular seeing that you might have done it in the event you desired. The creative ideas additionally served to provide a great way to fully grasp other individuals have a similar dream similar to my very own to figure out significantly more in respect of this matter. I believe there are lots of more pleasurable sessions ahead for individuals who looked over your blog.

  17. I intended to post you one very small word to say thank you again considering the unique thoughts you have contributed above. It has been simply tremendously open-handed of you in giving unhampered exactly what many individuals might have advertised as an electronic book in making some dough for themselves, principally given that you might well have tried it if you decided. These tactics as well worked like the great way to realize that other individuals have similar eagerness like my own to know the truth many more concerning this matter. I am certain there are many more pleasurable occasions up front for individuals that read carefully your website.

  18. I want to express my appreciation to you for rescuing me from this trouble. After surfing throughout the online world and meeting notions which are not powerful, I figured my life was well over. Existing without the presence of approaches to the problems you have resolved through your entire site is a critical case, as well as the kind which may have badly damaged my career if I hadn’t encountered your web blog. That natural talent and kindness in controlling all the stuff was vital. I am not sure what I would have done if I had not come across such a thing like this. I can at this point look ahead to my future. Thanks a lot so much for the impressive and sensible help. I won’t be reluctant to recommend your blog post to anyone who needs and wants recommendations on this subject.

  19. I have to express thanks to the writer for rescuing me from this circumstance. As a result of checking through the the net and getting techniques which were not powerful, I assumed my life was done. Being alive minus the strategies to the difficulties you’ve fixed through this short post is a critical case, and the kind which may have in a wrong way damaged my career if I hadn’t encountered your web blog. Your personal skills and kindness in maneuvering the whole thing was tremendous. I’m not sure what I would’ve done if I had not come upon such a step like this. It’s possible to now look forward to my future. Thanks so much for this professional and sensible guide. I will not hesitate to endorse your web page to any person who should have guidance on this matter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.