Avant de poursuivre, veuillez saisir les implications de ce qui a été présenté jusqu’ici. Avec la fraude généralisée qui vient d’être révélée, la crédibilité de la NASA est totalement mise à bas ! Toute déclaration, annonce, projet, mission, technologie, etc. doit être examinée d’un œil nouveau. Le sentimentalisme doit laisser place au scepticisme et à la dénonciation pour remettre les choses en perspective. La mafia khazare et ses sbires sataniques et leur psychopathie des masses ont mené le monde au bord de la ruine avec la mise en œuvre de leur Nouvel Ordre Mondial dystopien. L’ordre naît du chaos est leur mantra trompeur alors que ce sont eux les réels auteurs du chaos. C’est comme un serpent qui se mord la queue.

Si donc vous souhaitez faire confiance à la NASA, vous devez alors faire également croire à d’autres choses, comme à l’assassinat de JFK par le tueur solitaire Lee Harvey Oswald et non par la CIA. À la création de la Réserve Fédérale en 1913 qui n’a pas donné aux khazares Rothschild le contrôle de notre monnaie et du système bancaire. L’USS Liberty n’a pas été attaqué par Israël en 1967, et 19 musulmans djihadistes ont bien dirigé deux avions commerciaux parmi les plus sophistiqués, des Boeing 767, dans le World Trade Center et le Pentagone le 11 septembre.

La NASA est une agence militaire contrôlée par les créateurs du chaos mondial, la mafia khazare. L’édifice tout entier de la NASA est en train de s’effondrer car les gens ouvrent les yeux sur les fraudes et tromperies imposées à l’humanité. Je me demande si le trou qu’ils se sont creusés est actuellement plus grand que celui qu’ont dû créer les propulseurs d’Apollo 11 pendant son atterrissage sur la lune. Je pense qu’ils ont oublié ce tout petit détail dans le studio.

La mafia khazare a trouvé une opportunité pour voler des milliards de dollars aux citoyens sous couvert de satellites et de fusées. Ils ont introduit en accord avec Arthur C. Clarke [auteur du livre “2001 l’odyssée de l’espace] une entité fictive nommée “satellite” qui allait révolutionner le monde dans de si nombreuses industries et secteurs majeurs. Il y a juste un problème, tout comme dans la première partie de cet article, ce n’est que de la foutaise !

Les satellites n’existent pas

Les satellites sont nés de l’esprit du célèbre auteur de science-fiction Arthur C. Clarke. Il a écrit Proposition 1945 pour introduire l’idée de communications par satellites géostationnaires (Lien). Clarke était un franc-maçon de haut niveau et c’était aussi un homosexuel et un pédophile auto-proclamé, et si on ajoute une touche de satanisme on a un bon aperçu du personnage (Lien).
Arthur C. Clarke
Arthur C. Clarke écrivait des récits de science-fiction à l’exemple d’autres écrivains de science-fiction connus, comme Philip K. DickRobert Heinlein et Ron Hubbard. Arthur C. Clarke prétendit au début connaître Hubbard, il le nia cependant plus tard car il pensait que Ron Hubbard était complètement fou. Il devait absolument briser ce lien à Hubbard.
Il y a eu un chevauchement de sept ans entre 1945 et 1952, pendant lequel Parsons, Hubbard et Clarke étaient tous en vie et témoins du succès de l’industrie de la science-fiction auprès de la jeunesse. Il me semble que l’accident de Roswell en juillet 1947 est arrivé à point nommé et il a certainement élevé l’intérêt pour l’espace à un niveau passionnel.Propriété des khazares Rothschilds, Hollywood n’a pas négligé ces indices. Des films de science-fiction furent bientôt produits en quantité industrielle. Au sommet de la pile des films de science-fiction se trouvait la grande frontière inconnue – l’espace.

Les khazares y virent une opportunité pour gagner des tonnes d’argent en vendant du spatial. Un plan fut manigancé un jour pour simuler le lancement de satellites dans l’espace. La NASA devint aussi un instrument pour rappeler constamment aux humains leur insignifiance dans l’ordre infini du cosmos. Elle a éliminé la divinité qui est en nous à l’aide de sa pseudoscience, sa propagande et sa démarcation d’avec le spirituel. En d’autres mots, par “contrôle”.

La pré-NASA avait emmagasiné et assimilé la propriété intellectuelle de Jack Parsons au point qu’il était devenu inutile. Spoutnik 1 fut lancé en 1957 en dupant le monde et Explorer 1 suivit en 1958, année de création de la NASA. La NASA a aussi été créée pour militariser l’espace et l’atmosphère terrestre, mais pourquoi ?

C’est simple, pour dissimuler les supercheries de la mafia khazare et de ses sbires franc-maçons, les khazares devaient “sécuriser” le périmètre et opérer en dehors de toute juridiction. Toutes les informations au-dessus de nos têtes étaient maintenant aux mains de la NASA en tant que source “officielle”, en d’autres mots la machine de propagande venait d’être créée. Quelle ironie quand on réalise que nous sommes tributaires d’une source unique pour toute information concernant le cosmos – la NASA. En compagnie des principaux médias grand public sous contrôle, la NASA est libre de dispenser autant de contes de fée Pixar/Photoshop/CGI [Computer-Generated Imagery, images de synthèse] qu’on peut en gober. Je garantis que les satanistes de la NASA rient longtemps de leurs ruses, mais quand on les examine à la loupe, on dévoile de plus en plus leurs pseudosciences maladroites de pervers.

Apparemment sans aucun rapport, le Traité sur l’Antarctique (et source wiki) a été signé en 1959 et ce continent est aujourd’hui une zone interdite sous contrôle militaire. Toute tentative pour le traverser entrainerait une expulsion immédiate par l’armée et une possible peine de prison. À ce jour aucun humain n’a traversé l’Antarctique, aucun ! Réfléchissez un moment et jugez de cette absurdité. Il existe encore un continent qui n’a jamais été exploré et nous ne sommes pas autorisés à y accéder ! Pourquoi ?

Le Traité de l’Antarctique – 1959

Vidéo VOSTFR sur le traité de l’Antarctique.

Même la page wiki sur le traité [celle en anglais, voir photo ci-dessous] se sert d’une “image satellite composite” de l’Antarctique, où est la vraie photo ? Tenez bon maintenant. . .

La NASA peut curieusement envoyer sans problème un satellite vers Cérès à presque 300 millions de kilomètres, mais le trou le plus profond jamais foré n’est que de 12,261 mètres sur les 6730 km jusqu’au centre de la terre. Les 6718 km restants restent inconnus et la pseudoscience remplit les blancs avec une hypothèse inventée, que du blabla. L’homme n’est même pas allé au fond de ses propres océans. Si nous n’avons pas maîtrisé notre propre domaine, quelle est la probabilité que la NASA ait pu envoyer une sonde vers Cérès et récupérer d’aussi stupéfiantes images ? La probabilité est de ZÉRO. Les seules images existantes de Cérès demeurent là où elles ont été créées, sur les disques durs des ordinateurs de la NASA. Nous reviendrons sur l’aspect de l’Antarctique un peu plus loin, voyez ceci comme une graine qui a été plantée.

La mafia khazare a vu une autre opportunité pour voler des milliards avec l’escroquerie de leurs banques centrales et l’esclavage de la dette. Cette opportunité était le lancement de satellites en orbite. Ils avaient leur homme franc-maçon, Arthur C. Clarke, sous la main pour écrire de la science-fiction comme si c’était de la science. Il était une pièce maîtresse de l’enthousiasme pour l’espace et les grands mystères du cosmos.

Clarke était le parfait atout dont avait besoin la NASA, bâtissant ainsi sur la fondation occulte d’Aleister Crowley, de Jack Parsons, de L. Ron Hubbard et de Walt Disney. Les prouesses de Clarke dans le domaine de la science-fiction élevèrent ses idées de fiction comme apparemment plausibles et scientifiques. Dans les coulisses de la NASA fut passé un bâton à Clarke qui devint l’élément-maître de l’arnaque Apollo et celle des satellites en cours.

Comme il fut commode que le 2001 l’odyssée de l’espace de Clarke devienne en 1968 un film grâce à Stanley Kubrick et que les alunissages d’Apollo 11 aient été fabriqués par Kubrick en 1969. On peut supposer que 2001 était un “galop d’essai” préalable à Apollo. Il sent aussi la programmation prédictive avec un peu de MK-Ultra mélangé dedans. 2001 fut une préparation du canular Apollo.

Sachant que l’ISS est une arnaque, j’avance que tous les satellites sont une illusion et qu’ils n’existent pas. La seule chose qui existe ce sont les marges de profit de la mafia khazare. Les satellites sont de la pseudoscience et il n’y a pas de preuves crédibles qu’ils existent. Pas de photos originales, aucune séquence vidéo, juste des satellites CGI/Pixar/Photoshop. La meilleure indication que les satellites n’existent pas est paradoxalement simple parce qu’il n’y a aucune preuve qu’ils existent.

Les gens font la remarque, “ouais, mais j’ai vu la station spatiale internationale !” Envisagez un instant que ce que vous avez vu était une réplique gonflable [“l’armée fantôme”] . Pendant la seconde guerre mondiale les américains ont fait un large usage de tanks gonflables et d’avions en caoutchouc pour tromper les efforts de reconnaissance d’Hitler. La haute altitude ne permet pas de faire la différence entre le réel et le caoutchouc. Il est à souligner que l’histoire de l’armée comporte ce genre de tromperie.

Tank gonflable de l’armée fantôme
“L’exploration lunaire s’est arrêtée parce qu’il était impossible de poursuivre le canular sans être découvert. Et bien entendu ils se sont trouvés à court d’épisodes pré-filmés. Personne n’est monté plus haut que 500 km, au maximum, au-dessus de la surface terrestre. À cette altitude ou en dessous, les astronautes sont en-deçà de la ceinture de radiations de Van Allen et cette ceinture les protège des radiations extrêmes qui emplissent l’espace. Personne n’a jamais été mis en orbite, n’a jamais aluni ou marché sur la lune dans un quelconque programme spatial rendu public”
– William Cooper

Combien de missions habitées vers un corps planétaire pouvaient-ils truquer ? Suffisamment pour introduire le but réel, des milliers de faux satellites lancés dans l’espace et de grosses marges de profit. C’était une source de revenus beaucoup plus sûre pour les khazares et de n’être jamais retourné sur la lune va dans ce sens.

Nous utiliserons la même méthode, l’investigation financière qui a servi dans la première partie pour relier les filiales khazares à la NASA et retourner à Hollywood. Regardons quelques sociétés impliquées dans le secteur des satellites. Cherchons les quatre sociétés khazares Rothschild qui sont actionnaires majoritaires. Vanguard Group, State Street Corp., Fidelity and Black Rock.

(…) Voici quelques exemples de sociétés en lien avec des satellites qui sont en majorité la propriété des Rothschild.

United Technologies, Intel Sat, DirecTV via ATT, Loral Space and Communications, Northrup Grumman, Raytheon, Ball Aerospace and Technology Corp., Lockheed Martin, General Electric

N’oubliez pas que les mêmes actionnaires majoritaires des grandes compagnies d’Hollywood et leurs filiales comme Disney, Comcast, MGM, Time Warner, Dreamworks, Sony Entertainment appartiennent aux khazares.

Hollywood et les grands médias deviennent de facto des machines de propagande pour la NASA. Avec l’acquisition de Pixar par Disney en 2006 et avec Disney comme co-conspirateur avéré, nous avons déjà été sujets aussi aux arnaques de Pixar.

S’il n’y a pas de satellites, alors comment les GPS, les communications mondiales et les autres supposées plate-formes spatiales fonctionnent-ils dans la réalité ?

Les premiers sont des technologies terrestres. Les communications terrestres existent depuis longtemps et sont toujours en usage aujourd’hui. La navigation à longue distance a été développée pendant la seconde guerre mondiale avec une portée jusqu’à 2400 km. Des tours comme celle ci-contre ont été positionnées pour fournir une couverture relativement homogène à la navigation.

Station LORAN sur l’île Sand-Johnston en 1963
Les tours situées sur les îles procurent les points de contact nécessaires à la propagation en mer. Le signal rebondit sur l’ionosphère et crée une “onde céleste” qui à son tour crée un “ricochet” vers la tour suivante. Souvenez-vous que cette technologie est vieille de 70 ans et des améliorations supplémentaires ont été faites depuis concernant la puissance, la portée et l’efficacité.
Voici une vidéo simple sur les communications par voie terrestre et les capacités de la transmission par micro-ondes.
Dernière nouvelle ! Le grand Neil DeGrasse Tyson [astrophysicien très connu aux US, qui fait le clown pour diffuser de la propagande, voir ce qu’en dit Wiki, surtout concernant le passage sur la NASA] dit maintenant que la terre est un sphéroïde aplati [“Oblate” en anglais] aux pôles et il plaide à son insu en faveur des technologies terrestres par le fait que l’effet de “ricochet” serait meilleur sur un sphéroïde aplati aux pôles comparé à celui sur une terre complètement sphérique.

Plus incroyable encore, toutes les supposées images de la terre doivent maintenant être considérées dans leur totalité comme des faux parce qu’elles représentent une sphère parfaite. Donc, soit la NASA a contrefait toutes les images de la terre ou la terre s’est soudain aplatie depuis les missions Apollo. Le Rasoir d’Ockam affirme que la réponse la plus simple est toujours correcte, donc à nouveau la NASA raconte des conneries.

Outre son côté infatué, Tyson ne peut résister à afficher un symbole franc-maçon de la main.

Les Câbles sous-marins à haut débit

Autre mode de transmission de données : les câbles sous-marins. Comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous, des câbles relient surabondamment tous les continents.

99% de toutes les communications, téléphones, Internet, GPS sont faites par câbles sous-marin.

D’autres clous dans la Non-Existence des satellites

En dehors des technologies terrestres, ce qui crée vraiment l’illusion d’une utilisation de satellites, ce sont les Véhicules-plus-légers-que-l’air, les dirigeables de haute altitude et les plate-formes de haute altitude.
Ce concept réactualisé d’une technologie qui a fait ses preuves, les véhicules plus légers que l’air, donne à ses utilisateurs des capacités identiques aux satellites pour un coût bien moindre. Le dirigeable est bien moins coûteux à déployer et manœuvrer que d’autres plate-formes aériennes et il permet des missions essentielles pour la défense, la sécurité nationale et autres applications civiles. Sa durabilité opérationnelle élimine le besoin d’un soutien logistique. En position, un dirigeable a un champ d’observation de 900 km de diamètre et de millions de kilomètres cubes d’espace aérien.
– Lockheed Martin
Lockheed Martin a construit plus de 8000 plate-formes de haute altitude, ce qui est en soi un nombre assez important pour ce seul domaine. Ils ont aussi une brochure avec de belles photos pour leurs systèmes plus légers que l’air.
Il est dit que les plus-légers-que-l’air atteignent des altitudes de 21.000 mètres, mais 30.000 mètres et plus ont été atteints. Ils peuvent rester en l’air pendant des mois, si ce n’est des années, sans personne à bord et ils sont contrôlés par des opérateurs au sol à l’instar des drones. Ils sont également aptes à maintenir une position géosynchrone comme prétendent le faire les satellites. Avec les sommes énormes que la NASA détourne, on peut parier qu’ils ont investi d’importantes ressources dans le développement de ces plate-formes. Plus les plate-formes sont rentables, plus les marges de profit sont élevées dans le déploiement de faux satellites par la NASA. Il est important de se souvenir que sans l’illusion des satellites et des sondes, la NASA ne pourrait feindre de s’aventurer dans le vide de l’espace pour explorer et révéler les merveilles du cosmos.

Voici des exemples de Systèmes plus légers que l’air

Ils peuvent prendre toutes les formes et il est à peu près certain que le public puisse les confondre avec des satellites. À côté des dirigeables de haute altitude, il y a des stations de haute altitude à longue endurance ou des plate-formes radio stratosphériques. Comme on peut le voir sur la liste ci-dessous, il existe pas mal de ce genre d’objets au-dessus de nos têtes. Mais la réelle beauté de la tromperie est cachée bien en vue. S’il nous arrive de repérer divers dirigeables dans le ciel (même les gros boudins de Goodyear), nous ne les connaissons que comme des dirigeables, rien de remarquable. En réalité ils peuvent procurer les mêmes capacités que celles des supposés satellites et nous n’imaginons pas que c’est un cheval de Troie. D’autres preuves ci-dessous démontrant qu’il est plus que probable que les cieux fourmillent de ces plate-formes.

Stations de Haute Altitude à Longue Endurance

Plate-formes Radio Stratosphériques

Et d’autres. . .

HALO
Sky Station
StratSat
ARC
SkyTower
HeliPlat
Japanese HAPSDe petites sociétés spécialisées comme ILC Dover travaillent avec la NASA et la DARPA pour diverses plate-formes.

ILC Dover s’est impliquée depuis le début des années 80 dans la conception et le développement de dirigeables à haute altitude en subvenant aux programmes de la Marine et de la NASA.
La croissance ultérieure du marché des téléphones cellulaires a renouvelé l’intérêt pour l’utilisation de dirigeables à haute altitude comme moyen fournissant une couverture économique dans les pays en voie de développement. ILC a soutenu Lockheed Martin dans le développement de véhicules aériens y compris HALE. Nous soutenons aussi le programme de haute altitude de la DARPA.

D’autres sociétés comme Near Space Corporation ont d’autres technologies comme HASS (systèmes de navettes à haute altitude) qui peuvent atteindre des altitudes de 30.000 mètres et transporter une navette.

Si cela ne suffit pas à jeter le doute sur l’existence de satellites, allez examiner le Projet Loon de Google. Leur devise est “Internet pour tout le monde avec des ballons”

“Les ballons du projet Loon flottent dans la stratosphère, deux fois plus haut que les avions de lignes. Dans la stratosphère, il existe plusieurs couches de vent et chaque couche varie en direction et en vitesse. Les ballons se dirigent selon les besoins en montant ou descendant dans la couche de vent soufflant dans la direction ou le trajet désirés. En partenariat avec les compagnies de télécommunications pour partager les services de téléphonie cellulaire, nous avons permis aux gens de se connecter au réseau de ballons directement avec leurs téléphones et autres appareils. Le signal est ensuite passé au réseau de ballons et revient au réseau internet sur Terre”

Quatre faits basiques que la NASA ne peut ou ne veut expliquer

1. Comment les satellites survivent-ils à des températures supérieures à 2200°C dans l’espace ?

Il n’existe que sept éléments sur la table périodique qui résistent à ces températures et aucun n’a été utilisé pour les satellites. Les satellites résideraient dans la thermosphère où les températures peuvent s’envoler à plus de 2200°C. Non plausible.
Vidéo VOSTFR sur le problème des images météo soi-disant par “satellites”

2. Les estimations semblent varier sur le nombre de satellites supposés en orbite.

Le tout dernier chiffre est de 1265 satellites en fonctionnement avec 370.000 morceaux d’épaves spatiales qui tournent à des vitesses pouvant atteindre 35.000 km/h (22.000 miles par heure). Cliquez ICI pour la plus récente base de données des supposés satellites. Cet article du Daily Mail a publié les trois points listés ci-dessous. Je trouve étrange qu’ils parlent de 22.000 objets pouvant voyager à 22.000 miles par heure. Les chances que ces nombres soient identiques est aussi improbable que d’avoir un soleil 400 fois plus gros et 400 fois plus éloigné qui crée l’illusion que sa taille est identique à celle de la lune. 22 est considéré comme un nombre occulte. Non plausible.

– Il existe environ 22.000 objets en orbite suffisamment gros pour qu’on les traque
– Beaucoup sont des “épaves spatiales” comme de vieilles fusées et des satellites abandonnés
– On estime à 370.000 le nombre d’éléments d’épaves spatiales qui flottent en orbite, voyageant à des vitesses allant jusqu’à 22.000 miles par heure.

L’image ci-dessus du photographe allemand Michael Najjar qui apparaît dans l’article montrerait l’énorme problème de l’espace poubelle. Comment cette photo a-t-elle été prise et à partir de quel satellite ? On dirait que cette photo CGI/Photoshop/Pixar a été faite à l’aide d’une “ardoise magique” [un “Télécran”]. Non plausible.
Vue artistique de la poubelle de l’espace (officielle)

3. Il n’existe aucune photo ou vidéo originale prouvant que des satellites tournoient autour du globe, aucune !

Songez combien il est grotesque que l’un des 1264 satellites ne puisse prendre une seule photo ou quelques vues en vidéo ? Nous n’avons aucune preuve visuelle de vrais satellites, la seule preuve étant des images qu’on qualifierait de travail d’apprenti. Space.com a publié “Comment repérer des satellites” [ils disent d’ailleurs que la poubelle de l’espace contiendrait 35.000 objets] mais par contre Universe Today dit :
“Si nous pouvions voir ces satellites depuis la surface terrestre, ils apparaîtraient suspendus immobiles dans le ciel. Le fait qu’ils restent sur la même zone géographique signifie qu’ils fournissent la parfaite plate-forme pour les télécommunications, la radiodiffusion ou les observations météo”

[on peut se demander aussi comment fait l’ISS pour éviter ces 20 à 35.000 objets de différentes tailles. . . ]

Quoi qu’il en soit, pouvez-vous les voir ou non ? Je n’en ai jamais vu. Je comprends maintenant la somme de difficulté rencontrée pour prendre de vraies photos des autres satellites et de la terre tout simplement parce que les satellites n’existent pas ! Non plausible.

4. Si la ceinture de Van Allen est si mortelle (entre 1000 et 60.000 km)

“Les cellules solaires, les circuits intégrés et les capteurs peuvent être endommagés par des radiations. Il arrive que des tempêtes géomagnétiques endommagent les composants électroniques des vaisseaux spatiaux. La miniaturisation et la numérisation de l’électronique et des circuits logiques ont rendu les satellites plus vulnérables aux radiations.”
Comment des satellites en orbite terrestre haute (36.000 km) peuvent-ils fonctionner presque au beau milieu des ceintures de Van Allen ? Non plausible.

Skylab-otomie

Nous avons tous probablement besoin d’une lobotomie après avoir marché dans cette ânerie de propagande du Skylab. Skylab a été lancé en 1973 et a été opérationnel jusqu’en 1979. Comme vous pouvez le voir avec les images, je me sentirais plus à l’aise dans un tonneau sur les chutes du Niagara que d’aller dans cette chose. De nouveau, où sont les vraies photos qui ont pu être prises par d’autres satellites ? Ils ont aussi une forme cylindrique qui ressemble à celle de l’ISS et qui s’adapte bien au fuselage d’un avion à zéro gravité. La NASA utilise la gravité zéro depuis 1959 avec le projet Mercury.

Images truquées de satellites de la NASA

Conclusion

Comme l’a indiqué ma recherche, il existe une pléthore de plate-formes qui peuvent simuler l’utilisation de satellite. Il y a au moins 18 plate-formes qui peuvent servir indépendamment, en tandem ou en groupes pour fournir tous les services que procure un satellite. L’aspect le plus flagrant de l’arnaque des satellites est son coût. Les 17 plate-formes mentionnées (câbles sous-marins exclus) sont substantiellement plus rentables que des satellites et fondamentalement plus fiables. Faire continuellement des lancements risqués de satellites dans l’espace n’a aucun sens si des systèmes terrestres plus rentables, fiables et dont l’entretien est aisé existent déjà, ce qui est le cas. En se basant sur les cinq précédentes fraudes, l’existence douteuse de satellites est encore plus définitive car la NASA ne peut fournir une seule vraie photo ou séquence vidéo de satellites réels.
© Traduit par Hélios

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.