1- Le coup d’Etat au Guatemala

En 1950 des élections démocratiques élisent le président Arbenz au Guatemala. Sa politique économique consiste d’abord à se réapproprier les terres agricoles utilisée par les grandes entreprises américaines.

La United Fruit Company, dont le directeur de la CIA de l’époque était actionnaire veut récupérer ces terrains et fait appel à un certain Edward Bernays, premier communicant à ce jour. Avec l’aide de la CIA, Bernays va mener une véritable propagande à l’encontre du gouvernement guatémaltèque.

Ils vont soutenir et armer un groupe de rebelles contre le président en Place. Menée par un ex-militaire guatémaltèque exilé aux Etats-Unis ces rebelles, 400 en tout, sont rapidement défaits.

C’est la qu’interviennent les Etats-Unis, ils vont demander à l’armée du Guatemala de laisser passer les rebelles ! Castillo Armas prend le pouvoir et Aebenz est destitué.

 

2- L’étude de Tuskegee sur la syphilis

Menée en Alabama à Tuskegee cette étude avait pour but d’étudier et comprendre tous les stades par lesquels passe la maladie : des premiers signes cliniques jusqu’à l’autopsie finale.

En 1932 les autorités sur place ont recruté des afro-américains atteints de la syphilis. En échange de leur coopération, les patients n’avaient pas à payer le transport jusqu’à la clinique et avaient un repas gratuit par jour. On va même jusqu’à proposer aux familles 1000 dollars en cas de décès.

En 1943 on découvre la pénicilline, ce médicament se révèle très efficace pour combattre et éradiquer toutes formes de syphilis. A ce stade, on pourrait penser que les médecins auraient prescrit le traitement aux patients et les auraient renvoyés chez eux. Que nenni ! Les expériences vont continuer pendant 30 ans encore et au lieu de les soigner ils vont les regarder souffrir et agoniser jusqu’à la mort.

L’affaire éclate lorsqu’un médecin réussit à intéresser la presse sur ce sujet.


3- Les couveuses du Koweït

Années 90, rien ne va plus entre Washington et Saddam. Les troupes de Saddam Hussein occupent une partie du Koeït depuis le 2 aout 1990. Cette occupation est condamnée unanimement par la communauté internationale et des sanctions économiques sont appliquées. Les troupes américaines sont positionnées en Arabie Saoudite et attendent pour attaquer.

Le 10 octobre 1990, le témoignage d’une prétendue infirmière volontaire dans un hôpital au Koweït vient rajouter de l’huile sur le feu. Selon elle, les troupes de Saddam ont pénétré dans un hôpital et ont débranché et laissé mourir de froid plus de 300 prématurés.

L’information est très vite relayée par les médias dans le monde entier et la sentence est irrévocable : il est impératif d’arrêter ce monstre capable d’u221ne telle barbarie !

Coup d’éclat : après la guerre, cette information qui a été l’argument principal à la déclaration de la guerre du golfe, s’avère inventée de toute pièce.

De fait, l’infirmière n’était pas bénévole ni même infirmière, c’était la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington. L’affaire des couveuses du Kowëit était en fait une machination qui a coûté la vie à des milliers de personnes dans le golfe persique

 

Source

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected with IP Blacklist CloudIP Blacklist Cloud

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.